RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Lait diafiltré: Tout ça pour ça !

Yannick PATELLI ,

La Vie agricole a dévoilé en septembre 2015 qu’on jetait du lait en grande quantité au Québec et a mis en lumière la problématique du lait diafiltré importé en masse des États-Unis. Tous et chacun a dit son mot sur la situation depuis des mois. Le syndicat et la Fédération responsables du dossier ont largement patiné sur le sujet. L’entente secrète, prise avec les industriels cet été, commence à être dévoilée dans le cadre de rencontres gérées par la Fédération des producteurs de lait (PLQ). La version officielle dit que Les producteurs de lait gagnent et perdent à la fois dans l’entente intervenue avec les industriels. Cette analyse sent le désespoir !

Pour les sept prochaines années, l’accord prévoit, comme tout le monde s’en doutait ces derniers temps, une nouvelle classe d’ingrédients payée au prix mondial !

Pour la fédération, Les Producteurs de lait du Québec (PLQ), obtenir un gain « significatif » dans la question des surplus structurels de solides non gras est déjà une victoire en soit puisque ces produits seront dorénavant sous la responsabilité des transformateurs. Les industriels auraient promis leur rachat à 100 %, excluant le hors quota.

La gestion de l’offre est donc de plus en plus mise à mal avec l’acceptation d’une classe de lait payée au prix mondial. La Vie agricole qui sortira un livre dans quelques semaines sur la gestion de l’offre, sa mauvaise gestion et les impacts qui en découlent, fera l’analyse complète de la situation et dévoilera les responsabilités des uns et des autres dans leurs inactions. Si la Fédération semble se contenter de la situation, reste à voir quelle sera la véritable réaction des producteurs laitiers du Québec, les premiers impactés ?

Comme le disait hier Yan Turmine, chroniqueur à La Vie agricole, sur les ondes d’Énergie 98,9 FM, dans l’émission de Stéphane Gendron, La Commission Gendron, rien n’est réglé concernant la problématique de l’importation de lait diafiltré et le seul boss des douaniers reste Justin Trudeau. Pendant que rien ne se passe et que PLQ se contente de la situation, les producteurs laitiers endurent !