RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Une frange de l’Ontario vit aussi les inquiétudes du Québec

LVA ,

Bruno Saint-Pierre, producteur laitier du Québec, qui assistait à un meeting de la DFO (Dairy Farmers of Ontario) la semaine dernière à St-Isidore dans la région de Glengary Prescott Russell nous indique que les producteurs étaient assez inquiets sur le prix du lait. 

``Plusieurs ont invoqué le manque de garanties des transformateurs à investir après avoir cédé une classe à rabais. Peu étaient d'accord avec le débouché à l'exportation. Les producteurs cèdent de A à Z. Un producteur a même fait référence à l'Europe avec la classe 6-7 et le manque d'investissement promis par les transformateurs, la menace d’une importation d'un pays et l’acceptation d'une classe à rabais par l'Allemagne, la promesse d'un marché (Chine et Russie) qui s'est envolé en fumée…Tout semble dire que nous répétons la même erreur. Donc allez dire que l'Ontario a d’autres besoins n’est pas observable dans cette région de l'Ontario du moins ``, précise-t-il.

Et il ajoute : `` Plus ça va moins je crois qu'il y a division des producteurs de la base entre le Québec et l’Ontario``.

La divergence sur l’avenir à offrir aux producteurs laitiers est alors peut-être plus grande entre les bases et leurs représentants syndicaux, peu importe la province, qu’entre les producteurs de base qu’ils soient Québécois ou Ontariens. ``La division est politique et économique``, de conclure Bruno Saint-Pierre.