RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La Fédération (PLQ) sur la défensive face à ses membres à Lévis !

Yannick PATELLI ,

La Fédération des producteurs laitiers du Québec (PLQ) s'expliquait ce 1er septembre à Lévis au Centre des congrès devant ses membres producteurs laitiers. Le président, Bruno Letendre et son conseil d’administration étaient sur la défensive !

Après avoir expliqué que l’accord avec les industriels inclut une clause d'ingrédient pour mieux valoriser les solides non gras et que l’exportation ne sera considérée que si la protection de la gestion de l’offre est garantie, PLQ a reconnu que l’entente n'interdit pas l'importation du lait diafiltré et qu’il  faudra encore se battre dans les années à venir. La Fédération a souligné l'inaction du gouvernement fédéral et remercié le ministre de l’Agriculture du Québec, Pierre Paradis, pour son appui clair dans leurs démarches pour stopper l’entrée du lait diafiltré au Canada. Bruno Letendre a évoqué un mécanisme d'anticanibalisation prévu entre producteurs et industriels ce qui en dit long sur la confiance qui règne entre les deux parties aux termes de ces négociations. Et la fédération a été obligée de reconnaître que l’entente entre producteurs laitiers et transformateurs n'engage pas ces derniers à ne pas contester !

Un seul point positif

Le seul point positif qui ressort de tout cela : les transformateurs devenant responsables des surplus, il y a des chances qu'ils les minimisent, de dire la fédération.

PLQ a ensuite reconnu face à ses membres que cela fait une dizaine d'années que l’organisation travaille sur cette entente ! D’autant plus étonnant alors que l'omerta ait régné jusqu’en septembre 2015 et qu’il ait fallu l’intervention de quelques producteurs dans une réunion à Lachute dont les propos ont été relayés par La Vie agricole pour que le tout déboule sur la place publique.

Des producteurs qui disent ce qu’ils pensent !

Dans la salle, les producteurs présents bien que très respectueux dans le ton ne se sont pas gênés pour dire ce qu’ils avaient sur le cœur :

Un producteur a demandé : ``Si les transformateurs sont responsables des surplus, ils font quoi des 90 000 tonnes actuelles de surplus ?. On a juste stabilisé la dégradation. Pourquoi régler une entente quand le problème du lait diafiltré est  encore là ?``

"Les transformateurs sont meilleurs que nous en négociation ", a rappelé Renaud Lachance, un autre producteur de la Beauce

Les autorités syndicales ont répondu que dans le contexte canadien dans lequel on évolue il faut tenir compte que pour les Ontariens plus on produit, mieux c'est !

Un jeune inquiet de son avenir !

"Toutes nos baisses sont garanties et toutes nos hausses seront discutées ", dit Yann Bérubé, un jeune producteur.

"Cela fait 5 ans que je suis en production laitière et je ne sais plus où je m'en vais" a-t-il déclaré inquiet.

Et d’ajouter, à l’encontre de Bruno Letendre : "Arrêtez de négocier avec ceux qui ont les poches pleines!"

Un producteur pragmatique a déclaré : ``Quand on se compare dans le monde, on est des enfants gâtés. La vraie question est; les transformateurs veulent-ils répartir la tarte ? Qui nous dit qu'après le lait diafiltré ils ne feront pas de l'importation de matière grasse? Si on finit par vendre des classes à 46$, il faut que ça reste incognito. J'ai pas envie qu'un Charlebois entende ça !"

Dernier cri d’alarme venu d’une femme !

"Il se passe quoi avec le lait diafiltré. On ne se sent pas soutenu. Vous faites quoi concrètement ?" a lancé Arianne Gaudreault de Sainte-Croix.

La réponse de PLQ à Mme Gaudreault un peu désespérante fut celle-ci : "C'est pas parce qu'il ne se passe rien, qu'on fait rien!"