RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Conservez la précision de vos rations calculées

Nathalie GENTESSE, M.Sc., agr. ,

Tout le monde connaît le principe que, dans une étable, il y a plusieurs rations qui se côtoient : celle que l’on calcule à l’ordinateur, celle qui est effectivement servie et celle qui est consommée. Plusieurs données sont essentielles pour formuler une ration fiable. La précision des informations utilisées dans le calcul décidera en bonne partie de la validité de la ration formulée.

Ça commence par l’évaluation de la valeur nutritive des aliments composant la ration des animaux. Malgré toutes les bonnes pratiques qu’on peut appliquer, l’échantillonnage des fourrages introduit une importante cause d’imprécision dans les rations. Chaque type d’entreposage a des contraintes auxquelles il faut pallier.

Par exemple, un silo horizontal qui contiendrait de l’ensilage de maïs par-dessus un ensilage de luzerne de 3e coupe est difficile à gérer en termes de composition précise de la ration. La proportion de l’un et de l’autre ingrédient varie pratiquement tous les jours, et ce, sur une période pouvant durer quelques semaines.

Des structures d’entreposage temporaires telles que les Agbag, meules ou balles rondes sont à envisager afin de séparer les types d’ensilages différents (ensilage d’herbe, de maïs ou de petites céréales). La représentativité de l’échantillon sera très supérieure et permettra d’utiliser cet aliment au meilleur de ses qualités. L’envoi rapide de l’échantillon à un laboratoire certifié par des contrôles de qualité reconnus est essentiel.

Ensuite, les quantités d’ingrédients servis dans la ration doivent être mesurées le plus précisément possible chaque jour. Une ration qui a une composition stable est généralement consommée en quantité assez constante par le troupeau. Pour ce faire, il est suggéré de viser à servir des aliments fermentés en tout temps. L’analyse de laboratoire donnera une idée plus juste de la composition de l’aliment si elle est faite sur du matériel fermenté. Un ensilage en processus de fermentation équivaut à servir un aliment dont les caractéristiques chimiques varient chaque jour et ce, pour au moins trois semaines. La consommation des vaches a alors tendance à fluctuer, rendant difficiles la précision des calculs et la prédiction de la ration à préparer.

La pesée des quantités de ration non consommée contribue à valider la consommation réelle de matière sèche des vaches. Les apports de nutriments pourront alors être ajustés en conséquence pour combler les besoins des animaux. Par exemple, pour une vache en début de lactation, le fait de surestimer la consommation de matière sèche de 1 kg, pendant une période de 60 jours, représente une sous-alimentation en énergie équivalant à 0,8 kg de maïs par jour. Cette erreur pourrait se répercuter sur la production et la fertilité des vaches.

En résumé, pour débuter avec une ration calculée précise, il est important de planifier les sites d’entreposage. La précision augmente lorsque les ensilages différents sont séparés et bien échantillonnés. La consommation réelle des animaux doit être validée régulièrement afin que la ration calculée comble précisément leurs besoins.