RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La vérité au sujet de l’agriculture

Yan TURMINE, agr. ,

La vérité au sujet de l’agriculture : C’est le titre d’une revue que j’ai ramassé, suite à une conférence donnée par Crystal Mackay du groupe Farm & Food Care Canada et organisée par la Compagnie Jefo de St-Hyacinthe. Le titre de la conférence : « Social Licence and Public Trust » soit en français « la licence sociale et la confiance du public », Crystal Mackay a su par des exemples pratiques nous dire toute l’importance d’expliquer au public ce qu’est l’agriculture d’aujourd’hui et ceux en toute transparence.  Bien informer le public sur ce qu’est l’agriculture d’aujourd’hui chez nous, permettra au consommateur de faire de bien meilleur choix dans son assiette et au bureau de vote. 

À écouter l’opinion des gens sur l’agriculture, on a l’impression que l’on est des privilégiés qui se plaignent tout le temps, des pollueurs, que nos aliments empoisonnent les gens, que nos aliments coûtent trop cher et que c’est mieux ailleurs : frustrant au plus haut point. Cependant lorsque l’on prend le temps d’expliquer ce que l’on fait réellement, c’est surprenant de voir changer les opinions et gagner le support du public. Cacher ce que l’on fait, maquiller la réalité sous prétexte que le public ne comprendra pas est une stratégie de communication qui se retourne la plupart du temps contre ceux qui l’utilise, car elle renforce la crédibilité des groupes extrémistes qui occupent l’espace médiatique en maquillant la réalité. Faisant croire à un public curieux, que la réalité qu’ils présentent est la bonne.

Pour Crystal Mackay et son groupe, le public veut comprendre ce qui se passe en agriculture, afin de savoir ce qu’il met dans son assiette. La production agricole doit en plus d’être acceptée socialement, aussi gagner la confiance des consommateurs. Si ce n’est pas le cas, les consommateurs se détourneront des produits et des pratiques agricoles envers lesquels ils n’auront pas confiance, soit par de simples choix alimentaires (devenir végétalien) ou en poussant les gouvernements à adopter de nouvelles réglementations. Un manque d’informations peut pousser le public vers de mauvaises décisions. De mauvaises informations amèneront une perte de confiance du consommateur.

Au Canada, il est facile de faire de la propagande positive autour de notre agriculture, c’est une des agricultures les plus durables au monde. Prenez le temps de consulter la revue que j’ai ramassé ( www.realdirtonfarming.ca ) , vous y trouverez plein de choses surprenantes sur l’agriculture au Canada. Malheureusement Il est aussi facile de faire de la propagande négative, surtout auprès de personnes mal informées. Nous sommes à l’ère de la communication instantanée ou le faux et le vrai se côtoient constamment, un monde de communication qui a horreur du vide, mieux vaut que le vrai remplisse ce vide.

De plus cela fait du bien de parler des vraies choses. À écouter des faussetés ou des demi-vérités, on finit par les croire et c’est déprimant. Et il y a beaucoup de faux qui, même chez les agriculteurs, sont devenus ``vrai`` avec le temps.

Saviez-vous qu’en 2009, la biotechnologie a aidé les agriculteurs à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone de 39 millions de livres, soit une quantité équivalant  aux émissions annuelles produites par huit millions de voitures (page 29 de la revue « la vérité au sujet de l’agriculture »). Comme quoi il n’y a pas que des côtés sombres ou égoïstes aux biotechnologies.    

Sur la photo: Yan Turmine en discussion avec Simon Bégin, ancien attaché politique de Jean Garon