RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Pas un mot sur la crise laitière

LVA ,

Invité ce matin par BFMTV à s’exprimer comme porte-parole du gouvernement français mais aussi comme ministre de l’Agriculture en France, Stéphane Le Foll n’a pas dit un mot sur la crise laitière qui sévit outre-Atlantique ! Sur les autres sujets agricoles, il a entretenu le flou. Entre le ministre de l’Agriculture canadien, Lawrence MacAulay, qui n’a pas de date à proposer pour  stopper l’entrée du lait diafiltré américain sur son territoire et un ministre français muet alors qu’il est pris avec la crise laitière la plus importante jamais vécue dans son pays, les producteurs laitiers risquent d’être livrés encore longtemps au bon vouloir des industriels. 

Le Foll reste dans le flou ou le silence

Concernant l’étiquetage des produits, il s’est contenté de dire qu’actuellement il y avait une étape d’expérimentation et de démentir les rumeurs qui laissent entendre qu’il subirait de la pression des industriels : « Je ne suis pas sous le lobby des industriels»», a-t-il déclaré.

Concernant l’abattage et la proposition de la Commission d’enquête sur les abattoirs d’installer des caméras dans les usines d’abattage pour s’assurer du bien-être animal, il a dit ne pas y être opposé mais pas au détriment des salariés. Cette proposition ne devrait donc pas voir le jour si rapidement.

La crise laitière passe à la trappe

Sur la crise laitière, pas un mot n’a été dit au cours de l’entrevue. Alors que la France vit une crise laitière sans précédent depuis la fin des quotas laitiers en avril 2015, le ministre Le Foll n’a pas fait une seule déclaration en lien avec celle-ci au cours de cette entrevue.

L’abattage rituel ne pourra pas être réglementé

Sur l’abattage rituel, le ministre Le Foll s’est dit favorable aux étourdissements des animaux mais aussi en faveur du respect des cultes. Questionné par Jean-Jacques Bourdin s’il pouvait comme ministre de l’Agriculture imposer des règles à l’abattage rituel, il a fini par déclaré : « Non, je ne peux pas l’imposer!».