RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

José Bové: Quand le Canada frise le burlesque

Yannick PATELLI ,

José Bové obtient un droit de séjour pour 7 jours au Canada. C’est ce qu’on nous  indiquait lorsqu’il a quitté la conférence qu’il a donnée ce matin à Montréal. La Vie agricole assistait hier soir au colloque auquel José Bové devait participer alors qu’il était retenu aux douanes. Nous étions aux premières loges. Ce matin encore La Vie agricole a pris le pouls de la situation lors de la conférence de presse donnée devant pas mal plus de médias que ce qu’il aurait eu hier ! 

« Oui j’ai démonté un McDo et fauché des OGM, mais au final on a gagné », a déclaré le député européen devant la nuée de médias qui le suit depuis son arrivée quasi burlesque au Canada.

Les producteurs laitiers d’ici aussi en danger !

« Sur le fond, je tiens à rappeler qu’avec L’AECG, les états risquent d’être poursuivis par les entreprises. Et je pense que tout ne peut pas être dans le marché. L’agriculture est à risque, et notamment ici, les producteurs laitiers, avec les importations d’ingrédients laitiers du type de ce que fait chez nous Lactalis. L’agriculture ne correspond pas aux règles du libre-marché. Dans l’AECG on parle de protéger 140 AOC (Appellation d’origine contrôlée) européennes, mais il y en a 1400 à protéger !» de dire José Bové.

Bloqué à cause de Valls ?

« Si je suis interdit, pourquoi Juppé, qui avait été condamné pour création d’emplois fictifs à la mairie de Paris a eu le droit de venir enseigner le droit administratif au Canada. Si c’est cela, c’est deux poids, deux mesures ! Est-ce que M.Trudeau veut interdire ma venue à cause de la présence de M.Valls demain ?», s’est aussi interrogé le coloré José Bové faisant référence à la venue du premier ministre français dans le cadre d’un évènement à la Chambre de commerce de Montréal, où seront présents Justin Trudeau, Philippe Couillard et Manuel Valls sur la même tribune.

Du bonbon pour Infoman

Lors de la période de questions, il a déclaré à Jean-René Dufort d’Infoman : «"Si t'es pas génétiquement modifié, non tu ne prends aucun risque devant moi!" et "Au moins mon ami Justin va se souvenir de moi maintenant!". Le tout a donc fini dans la dérision, mais il pourra poursuivre avec pas mal de retard ses obligations au Québec puis à Terre-Neuve.

L’Union paysanne complètement en accord avec José Bové

L’Union paysanne qui tenait vivement à dénoncer le traitement imposé par le Canada à José Bové avait réagi très tôt mercredi matin et demandé au ministre Fournier d’intervenir auprès du Canada pour bloquer le renvoi de M. Bové et en avait profité pour faire une déclaration de fond: «L’Accord de libre-échange Canada-Europe est une perte nette pour les agricultures nationales des deux entités. Alors qu’on fait miroiter des marchés pour des secteurs agricoles spécifiques, l’expérience de l’ALENA nous apprend que les multinationales s’en sortent gagnantes, au détriment des agriculteurs. Au Québec, ce sont spécifiquement les artisans-fromagers qui trouveront la facture salée avec les nouveaux contingents d’importation de fromages venus de l’Europe. Alors que les financiers veulent un marché mondialisé, l’Union paysanne constate que le nombre de fermes est en continuelle diminution autant au Canada qu’en Europe et que les conditions de vie des agriculteurs se détériorent. S’il est ratifié, le traité ne fera rien pour arranger cette situation et mettra les agriculteurs en compétition de chaque côté de l’Atlantique. Le résultat? Encore moins de fermes ! L’agriculture doit sortir de l’OMC, car dans agriculture, il y a le mot culture. Et de traité en traité, nous y laissons des morceaux. »