RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La raison de la hargne de l'UPA selon l'Union paysanne

LVA ,

L’Union paysanne s’est dite heureuse d’apprendre que 2500 fermes de plus seront soutenues par les modifications apportées par le MAPAQ au Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA).  «Même si cette protection supplémentaire ne se fera pas à coût nul, on peut globalement se réjouir. L’Union paysanne a eu la confirmation que le budget sera maintenu, voire augmenté, et qu’au final 2500 nouvelles fermes seront soutenues par le PCTFA», dit-elle.

Et l’Union paysanne ajoute : «L’Union des producteurs agricoles (UPA) et le PQ crient que certains agriculteurs verront leur compte de taxe augmenter? Ce sera effectivement le cas. Le MAPAQ estime que 50% des augmentations seraient de moins de 300$. Dans un souci d’équité entre les agriculteurs et de bien commun, il est surprenant de voir l’UPA se fâcher ainsi. Ce sont pourtant les mêmes fondements de la mise en marché collective qui devraient s’appliquer ici».

La raison de la hargne de l’UPA

«L’autre nouveauté du programme, qui explique peut-être plus la hargne actuelle de l’UPA contre les changements au PCTFA, est que l’obligation d’avoir cotisé à l’UPA ne sera plus liée au programme. Donc, si un agriculteur décide de boycotter sa cotisation à l’UPA, il recevra son remboursement. Si cela fait du sens pour le commun des démocrates qu’on ne peut lier une cotisation syndicale avec le soutien de l’État, et bien ce n’était pas le cas en agriculture au Québec» de déclarer l’Union paysanne.

Un ex-employé de l’UPA qui servait la cause de l’UPA une fois ministre !

Et l’organisation rappelle qu’en 1995, Marcel Landry, ministre péquiste de l’agriculture et ancien employé de l’UPA*, avait mis en place la loi 85 obligeant les agriculteurs à payer leur cotisation à l’UPA s’ils voulaient obtenir le soutien de l’État. Pour Benoit Girouard et Maxime Laplante, président  et vice-président de l’Union paysanne il s’agit-là : «d’une forme de relation incestueuse entre l’État et un syndicat». Ils rappellent que la bâtonnière de l’époque avait d’ailleurs écrit au ministre Landry pour lui dire que cette disposition de la loi était discriminatoire et abusive**.

 « Les changements au programme, en plus d’élargir la protection à des milliers de fermes, rétabliront en partie le droit et la démocratie pour les agriculteurs. Maintenant nous demandons la même chose pour les programmes de la Financière agricole qui sont encore liés aux cotisations de l’UPA ou ses fédérations», mentionne Maxime Laplante, vice-président du mouvement paysan.

 

* : Marcel Landry, directeur régional UPA de 1986 à 1991, ensuite responsable vie syndicale 1991-1992, puis Directeur régional UPA Saint-Jean-Valleyfield 1993-1994. 21 février 1994: Élu député du Parti québécois dans Bonaventure à l'élection partielle. 26 septembre 1994: Nommé ministre de l'Agriculture.

**: Lettre au ministre Landry de la bâtonnière de l’époque à l’égard du projet de loi 85