RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

La mainmise de l'UPA sur l'agriculture et les agriculteurs

Jean-Pierre LEMIEUX ,

Avec l'assurance de l'accréditation unique (ce que certains appellent le « monopole » de l'UPA) l'Union des producteurs agricole du Québec a la main mise sur l'agriculture et sur les agriculteurs. Certains « récalcitrants » de différents secteurs de l'agriculture ont bien senti le poids que cette main avait sur eux.

C'est un producteur de sirop d'érable rencontré par La Vie agricole qui a eu cette image. Pour M. Roland Champagne: « l'UPA, la fédération, la régie... ce sont les doigts de la même main » http://lavieagricole.ca/3392/. Mais cette main n'a pas que deux doigts. Mme Nicole Varin aussi une récalcitrante de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec s'est aperçue que son litige avec sa fédération avait des effets sur son assurance récolte gérée par la Financière agricole http://lavieagricole.ca/3395/. Cette main a certainement au moins un autre doigt (voir autre texte).

Débarrassé de l'ASRA

« Enfin le jour est venu! ». Dans une lettre adressée à la Financière agricole du Québec, M. Daniel Morel de Roxton Falls expliquait le non-renouvellement de son adhésion à l'ASRA. « C'est avec joie et tristesse que je mets fin à cette soi-disant assurance agricole (FADQ). Vous ne pouvez savoir combien je suis heureux de mettre un terme à cette supposément aide aux agriculteurs ».

Cela faisait longtemps que M. Morel ne voulait plus de l'ASRA mais l'entente est pour cinq ans et la pénalité est lourde soit l'équivalent de 25% de la cotisation de l'année précédente pour y mettre fin avant terme a-t-il expliqué. Le producteur de bœuf Angus se dit soulagé d'être débarrassé d'une « montagne de paperasse ».

Pour illustrer son exaspération, M. Morel nous a fait parvenir un document de l'ASRA pour le produit « veaux d'embouche ». Ce document précise que pour la production de 2011, la compensation à verser par la Financière agricole était, dans son cas, de 25 385.30$. À la fin c'est un chèque de 4 979.39$ qu'il a reçu, car la FAQ avait retenu sa cotisation de 17 835.64$, des frais de participation de 55$, une contribution au plan conjoint 270$ et une autre cotisation  de 2 245.27$.

Dans sa lettre à la FAQ M. Morel affirme : « je suis triste de voir votre manière d'entrevoir l'aide que vous offrez aux agriculteurs tout en pensant à vous en premier lieu ». M. Morel ajoute : « Ceci prouve bien que la bureaucratie et les fonctionnaires sont plus importants que nous, les agriculteurs ».

En entrevue téléphonique M. Morel va plus loin : « L'agriculture québécoise ne nourrit pas le ventre des gens, l'agriculture québécoise nourrit la bureaucratie, les vendeurs d'équipement, les vendeurs de fuel mais ça ne nourrit pas le ventre du monde ».

Qu'allez-vous faire maintenant?

Quand un adhérent est inscrit au programme ASRA il doit aussi participer aux autres programmes comme Agri-stabilité et Agri-investissement. Comment allez-vous vous débrouiller maintenant?

« Pas de problème » répond-il, « j'ai le soutien de ma caisse populaire ». M. Morel a expliqué qu'il avait réduit son troupeau et qu'il s'occupait lui-même de la vente au détail de ses produits: http://www.boeufangus.com.