RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Letendre oublie Lait’Quitable et dévoile ses craintes pour la gestion de l’offre suite à l’élection de Trump!

Yannick PATELLI ,

Lors de l’assemblée générale spéciale de la Fédération des producteurs de lait (PLQ) ce jeudi à Québec, Bruno Letendre, son président, après le passage très remarqué à la tribune du commandant Piché, ambassadeur du lait, a eu un discours classique, où seuls les efforts de la Fédération ont été reconnus. Il n’a fait aucun message pour souligner les efforts de Lait’Quitable dans la mobilisation orchestrée cette année par ce groupe de producteurs, pourtant à la base de la contestation. Bruno Letendre a ensuite fait part de ses craintes pour la gestion de l’offre suite à l’élection de Donald Trump.

Manque de courage politique à Ottawa

Bruno Letendre a remercié les producteurs présents dans la salle pour avoir fait entendre leur voix toute l’année; « Il y a eu une forte mobilisation, une couverture médiatique sans précédent et un appui de la population. La seule chose qui manque c’est du courage politique à Ottawa», a-t-il dit faisant référence à la protection de la gestion de l’offre et aux importations de lait diafiltré.

Et il a ajouté : « Les 300 millions de dollars de compensations sont très insuffisants. 17 000 tonnes de fromages européens importés c’est l’équivalent de toute la production du Lac-Saint-Jean.»

Des flèches contre Charlebois et Bernier

Il a aussi envoyé quelques flèches à Sylvain Charlebois, doyen de la Faculté des sciences de l’Agriculture de l’université Dallhousie en Nouvelle-Écosse et à Maxime Bernier, candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, sans les nommer : « Certains libertariens et universitaires dans leur tour d’ivoire voient la gestion de l’offre comme dépassée. Ils veulent mettre la hache dedans. Pourtant les échecs dans le monde de ceux qui sont allés vers le libre marché se comptent à la pelle. Vous voyez à qui je fais référence ?»

Lait’Quitable passe à la trappe !

On notera que le président de PLQ n’a pas dit un mot sur les efforts déployés par le groupe Lait’Quitable, pourtant à la base de toute la mobilisation cette année. Pas un mot non plus sur le vrai problème: la gestion de la gestion de l’offre ! On est donc encore loin de la participation de L’UPA ou de sa fédération à un débat objectif au sein de l’Institut Jean-Garon. On semble préférer éviter à PLQ la véritable discussion. Reste à voir combien de mois cela peut encore tenir quand les pouvoirs politiques et la société veulent un débat ouvert !

Des producteurs divisés sur Twitter sur le rôle de Lait’Quitable

Certains producteurs sur twitter ont reconnu que de ne pas mentionner les efforts de Lait’Quitable n’est pas forcément bien perçu par tous. Marc Lessard, producteur de Saint-Joseph des Érables, a déclaré donner raison à La Vie agricole sur ce point.

Marc Lessard ‏@MarcLessard3   il y a 2 heures

@LaVieagricoleYP @BrunoStPierre3 @AgroQuebec @LaVieAgricole sur ce point,je te donne raison !

D’autres ont plutôt clairement tourné le dos à la dynamique de Lait’Quitable en déclarant même avoir un bien meilleur moral depuis qu’ils ont quitté ce groupe: c’est le cas de Frédéric Marcoux, producteur de Saint-Marie de Beauce. Ça et un coup de poignard, c’est pareil !

Frederic Marcoux ‏@FredMarcoux   il y a 2 heures

@LaVieagricoleYP @MarcLessard3 @BrunoStPierre3 @AgroQuebec @LaVieAgricole mon moral s'en porte bcp mieux depuis que j’ai quitté lait'quitable

Letendre inquiet pour la gestion de l’offre depuis l’élection de Trump

Bruno Letendre a déclaré concernant les résultats de la dernière élection américaine: «L’élection de Trump a été pour tous un coup de gueule des exclus de la mondialisation. Il y a du sable dans l’engrenage depuis le Brexit et le veto de la Wallonie et les politiciens ne s’en sont pas aperçus. Maintenant Trump veut renégocier l’ALENA et Trudeau se dit ouvert à ça. On n’acceptera pas que la gestion de l’offre soit sur la table», a déclaré le président de PLQ, inquiet que celle-ci passe cette fois-ci véritablement dans le tordeur à l’occasion d’une nouvelle négociation de l’ALENA.

Bruno Letendre a ensuite rapidement évoqué l’entente nationale entre producteurs et industriels, qu’il a qualifiée d’historique, en spécifiant qu’elle devrait être en fonction début 2017.