RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

ITA : «société d'État oui, mais...» dit Simard, ex-conseiller du ministre de l’Agriculture Gendron !

Jean-Pierre LEMIEUX ,

« L'objectif était de donner plus de flexibilité à l'institut, donc c'est une bonne nouvelle si le ministre va dans cette voie-là », de dire l'ex-directeur de l'Institut de technologie agricole de La Pocatière, M. André Simard, qui a aussi été lors du gouvernement Marois, conseiller du ministre de l’Agriculture François Gendron. Il  a cependant des réserves, car il n'y a pas de détail sur l'organisation de l'ITA devenant « société d'État » comme annoncée par le député Norbert Morin.

Paradis aurait confirmé à Simard le statut à venir de « société d’État» pour L’ITA !

M. Simard estime que c'est une bonne nouvelle pour l'avenir de l'ITA si le ministre de l'Agriculture veut bouger. M. Simard, qui a été un proche conseiller de M. François Gendron lorsque celui-ci a été ministre de l'Agriculture, a rencontré la semaine dernière, lors d'une activité publique, l'actuel ministre de l'Agriculture. M. Pierre Paradis lui aurait confirmé que c'est cette solution, une des recommandations du rapport de M. Jean Pronovost, qui a été retenue.


« Une fois qu'on dit ``société d'État``on dit quelque chose, mais on ne dit pas grand-chose » de dire Simard. Est-ce que la société d'État englobe les deux campus (réunis administrativement depuis 2003)? Pour M. Simard l'idée était de créer un « institut national ». « Avant de trop me réjouir, j'aimerais en savoir plus » d'ajouter M. Simard.

Simard inquiet pour la suite

Après avoir écouté l'entrevue donnée vendredi sur CHOX.FM par le député Morin de Côte-du-Sud,  M. Simard nous a écrit : « C'est un peu spécial que la nouvelle du ministre arrive ainsi et que Norbert se retrouve le décideur du sort de l'ITA qui relève de la responsabilité même du ministre. C'est comme si ce dernier s'en débarrassait royalement. Inquiétant pour la suite ».

« En tout cas, j'espère que le milieu va surveiller de près le député dans cette affaire drôlement engagée » de conclure M. Simard.

Crédit Photo: Info-Dimanche