RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

ADPBQ: brasse-camarade à prévoir

Jean-Pierre LEMIEUX ,

La décision du président de l'Association de défense des producteurs de bovins du Québec (ADPBQ), M. Adrien Breault de participer à une « médiation » avec Les Producteurs de bovins du Québec (fédération affiliée à l'UPA) risque de perturber la prochaine assemblée générale de l'ADPBQ, le 14 décembre.

La médiation portait, semble-t-il, sur les possibilités d'un règlement à l'amiable à propos des contributions spéciales réclamées par Les Producteurs de bovins. M. Breault n'a pas retourné l'appel de La Vie agricole.

Déjà la décision du président a suscité la grogne. Le vice-président de l'ADPBQ, M. Vincent Kelhetter, a décidé de remettre sa démission du conseil d'administration. En entrevue téléphonique M. Kelhetter explique sa démission en disant : « cette décision d'aller en médiation c'est une initiative de M. Breault. On n'a jamais été consulté pour ça ». De plus M. Kelhetter estime « qu'il n'y avait pas négociation possible, c'est la fédération qui nous doit de l'argent » selon lui.

En consultant le site répertoriant les décisions de la Régie des marchés agricoles et alimentaires, on constate que Les Producteurs de bovins du Québec ont demandé l'émission de plusieurs ordonnances « en vertu des articles 26 et 43 de la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche ». En novembre la Régie a émis 116 ordonnances et 61 en octobre. Le montant réclamé varie selon les cas.