RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

L’espèce végétale reconnue comme étant la plus complète en nutrition humaine, c’est le SOYA…connu dans le monde depuis 5000 ans !

Pierre FOURNIER ,

Quelle plante formidable et surprenante pour sa facilité d’adaptation, mais difficile à comprendre sur certains points. Il se cultive maintenant à la grandeur du Québec.                         

Tous les producteurs font des pieds et des mains pour obtenir de meilleurs rendements (semis hâtif, semis alterné, semis direct, semis en rangs étroits, sur billons, fertilisation minérale, organique et foliaire, oligoéléments,  inoculant ou traitement de semence, stimulant bactérien, régulateur de croissance, fongicide, insecticide, herbicide, variété modifiée ou  IP, culture bio, population variable, surdrainage,  irrigation, etc). Rien ne permet d’augmenter les rendements qui sont stables depuis 20 ans au Québec à 3t/ha environ.

Parlant d’eau, selon le Dr Erich Hasler, si le soya reste les pieds dans l’eau plus de 48 heures, les nodules meurent et ça prend 72 h et plus pour se refaire, donc égouttement « parfait » sinon oubliez les rendements élevés.                                                                                                                                                         

Son potentiel génétique est toutefois élevé, on parle de plus de 17 t/ha…soit des plants avec plus de 1000 gousses!                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Des chiffres à couper le souffle :                                                                                                 

 Kip Cullers du Missouri a obtenu 160 b/a (10,8 t/ha) en 2009 et Jerry Stoller se vante d’avoir battu 214 b/a (14,4 t/ha) en 2014 dans le sud du Texas près de la frontière du Mexique, avec son produit « Plant Power »

Son système racinaire est celui qui possède une des plus fortes capacités  à soutirer les éléments du sol. La tomate et le soya sont en tête et l’orge et le blé, en fin de liste.

En 2016, on a semé 325000 ha en soya pour divers besoins du marché soit l’huile, le tourteau et le biodiésel et 14 groupes différents (privé ou public) s’impliquent dans son développement. Le soya mérite notre attention, car L’OCDE prévoit 2,5% d’augmentation de consommation de soya dans le monde pour les prochains 10 ans.

Le soya était cultivé au Québec bien avant la mise en place de sa « stabilisation des prix en 1989 », mais c’est vrai que les surfaces ont explosées depuis. En 1893 en Ontario, il y avait déjà des essais sur le soya et son entrée chez les producteurs remontent vers 1900. Puis une usine de broyage s’est construite dans le sud de l’Ontario vers 1920 Henry Ford a déjà utilisé le soya comme source industrielle de plastique, de fibre, de peinture et de biodiésel dans ses usines.                                                                                                                 

 Le Québec a commencé un peu plus tard avec le soya et a connu ses bâtisseurs.             

Je vous en nomme deux que j’ai connu depuis le début de ma carrière en 1971 :                

 1-Guy Halde de Beloeil qui semait du soya depuis la fin des années 60 et qui possède maintenant deux usines de trituration, de marque Soya Excel.                                             

 2-Clément Létourneau de St-Césaire qui a créé Semences Prograin en 80 avec le criblage de semence et a installé le premier torréfacteur à soya en 83.Il a fait connaître notre soya à l`extérieur du Québec.                                                                                                       

Ce sont deux visionnaires qui ont vraiment placé le soya comme culture d’avenir pour le Québec.                                                                                                                                          

Une anecdote: en 1974 à Saint-Hyacinthe a eu lieu la Fête du Soya pendant la Semaine du Cultivateur à l’ITA et j`ai participé comme organisateur et supporteur financier (pour Nutrite), avec Maurice Hardy. Soyez assuré qu’on n’avait pas bu de lait de soya!!! J’y avais parlé du 1er concours de Rendement maximum tenu aux USA en 1966 avec 4000 kg/ha obtenu en Illinois et en 68 avec 6700 kg/ha soit 100 b/a!!!!

Aujourd`hui, le marché d’exportation est sans limite, surtout en Chine. Souhaitons que Mère Nature nous fournisse beaucoup d’eau de la mi-août à la mi-septembre, à chaque année, pour le remplissage du soya, car c’est là que les rendements se font.

Souvenez-vous : les rendements élevés ne s’obtiennent pas du jour au lendemain.   

Gâtez vos sols et le soya vous récompensera.

Bonne fin de saison 2016