RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Changement à la direction de l’ICPA

LVA ,

L'Institut canadien des politiques agroalimentaires (ICPA) a annoncé hier qu'après huit années à titre de président et chef de la direction, M. David McInnes quittera ses fonctions. Pour assurer une transition en douceur, M. McInnes continuera à diriger l'Institut jusqu'en mars 2017.

« Nous sommes reconnaissants de la passion et du dévouement dont David a fait preuve au cours de son mandat de chef de la direction », a déclaré Ted Bilyea, président du conseil d'administration de l'ICPA. « Sous sa direction, l'ICPA est devenu un catalyseur national pour le dialogue sur une multitude d'enjeux émergents auxquels est confronté le secteur agroalimentaire canadien. Il a défini les éléments clés d'une politique alimentaire nationale, d'abord en soulignant la nécessité d'un objectif audacieux et inspirant pour galvaniser le changement dans tout le système alimentaire, puis en liant les perspectives économiques du secteur à la santé des consommateurs et la durabilité environnementale. »

M. Bilyea a loué le travail de M. McInnes pour signaler la nécessité de stratégies axées sur les consommateurs et dirigées par l'industrie, appuyées par de bonnes politiques publiques, notamment une pour le secteur canadien du bœuf qui a recueilli le soutien des principaux acteurs de l'industrie. « Et les recherches approfondies menées par l'ICPA sur l'importance des transformateurs alimentaires canadiens ont attiré l'attention sur le plus grand secteur manufacturier du pays. Il a également identifié de nouvelles façons de positionner l'image de la marque alimentaire canadienne et d'améliorer les exportations de produits alimentaires vers la Chine — idées qui ont été depuis adoptées par les gouvernements. »

Parmis d'autres activités, M. McInnes a fait porter l'attention de l'IPCA sur la nécessité pour le secteur agroalimentaire de susciter une véritable confiance auprès des consommateurs et a récemment co-organisé un important forum national sur cette question. L'un des principaux résultats de cette rencontre fut de reconnaître que l'évaluation et la gestion du capital naturel — notre sol, notre air et notre eau — sont essentielles pour conserver la confiance et assurer l'avenir du secteur. « Les dernières activités de l'ICPA pourraient bien définir un avantage concurrentiel pour la prochaine génération du secteur agroalimentaire canadien », a déclaré M. Bilyea.

M. McInnes, qui a été nommé président et chef de la direction en 2009, a déclaré qu'il était satisfait des progrès réalisés par l'ICPA en tant qu'institut de recherche et de tribune pour un débat national. « Bien qu'il y ait toujours plus à faire, je me suis assuré d'établir un endroit crédible et fiable pour une participation et un échange d'idées sur les politiques et la stratégie », a déclaré M. McInnes. « Alors qu'il reste cinq ans à son mandat initial, l'ICPA possède une base solide pour continuer sa croissance. Le moment est propice pour passer le flambeau ». Après son départ, M. McInnes demeurera conseiller spécial au sein du conseil d'administration de l'ICPA.

« L'ICPA a été une expérience incroyable et enrichissante grâce aux gens que j'ai rencontrés », a déclaré M. McInnes. « J'ai été inspiré par les innovateurs qui produisent et fournissent notre nourriture, par les penseurs qui ont recherché des partenaires dans tout le système alimentaire et par les entrepreneurs en politiques publiques qui essaient de faire une différence. Tant de gens apportent des changements positifs que je ne peux qu'être optimiste quant au potentiel du secteur agroalimentaire canadien d'apporter une contribution encore plus grande à l'économie canadienne et au bien-être de notre société. »

L'ICPA a mis sur pied un comité pour trouver un nouveau chef de la direction dirigé par le vice-président Michel St. Pierre et le directeur John F.T. Scott, aidés de Kenniff & Racine, Recherche de cadres