RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Motoneige: saison sauvée mais quel était le vrai motif de l’UPA ?

Jean-Pierre LEMIEUX ,

Dans Chaudière-Appalaches l'inquiétude était grande au sujet de la fermeture éventuelle des sentiers de motoneige. Même si la menace a été levée parce que le ministre de l'Agriculture actuel a annoncé vendredi midi que le règlement ne sera pas appliqué, il y a eu un impact sur l'économie de la région et c’est fort probablement le cas pour l’ensemble des régions du Québec ! L'homme d'affaires Gilles Hudon se demande quel était le véritable enjeu pour l'UPA ?

Un porte-parole du ministre de l'Agriculture a  confié  à La Vie agricole « qu’on revenait à l’ancien programme, car l’économie des régions était en jeu ». L'ancien ministre Pierre Paradis avait confié un mandat à M. Luc Godbout sur cette question. « Le rapport sera déposé pour le 24 février comme convenu et sera regardé », a-t-il ajouté, mais il n’était pas en mesure d’en dire plus sur les discussions futures à ce sujet.

Dans un communiqué le ministre Laurent Lessard explique : « Les discussions que j'ai eues depuis la semaine dernière avec les représentants de l'Union des producteurs agricoles m'ont prouvé que nous étions dans une situation irréconciliable. Bien que, dans la réforme que nous proposions, le gouvernement investissait plus d'argent que dans le programme existant, les variations entre certains producteurs étaient jugées inacceptables par ceux-ci. Donc, j'annonce aujourd'hui un retour au modèle qui s'appliquait jusqu'au 31 décembre dernier et qui est bien connu des producteurs. Par le fait même, je m'attends, au nom des utilisateurs de véhicules hors route, à ce que la menace de fermeture des sentiers ne soit pas mise à exécution », a déclaré le ministre.

Dans son communiqué M. Lessard promet: « la création prochaine d'un nouveau programme ».

Impact négatif en région dès la menace de fermeture des sentiers par l’UPA !

Lors d'une rencontre vendredi matin, M. Marc-André Poulin, administrateur de l'association des clubs de motoneige et M. Gilles Hudon homme d'affaires propriétaire de Pro-Arctic Inc ont tous deux soulignés avoir reçu des appels et des annulations de réservation.

Pour M. Hudon « Ce n'est pas le moment. On a une très belle saison cette année comparée à l'an dernier ». Selon M. Hudon,« les agriculteurs qu'il a rencontrés ne semblaient pas inquiets pour leur compte de taxes». L'homme d'affaires s'est aussi demandé pourquoi Pierre Lemieux, qui est le premier vice-président de l'UPA et qui a une ferme dans la région, a-t-il commencé son boycott plus tôt que les autres ?

Quel est le vrai motif de l’UPA ? La crainte de perdre son monopole ?

M. Hudon se demande aussi ce qui motive l'UPA dans ce conflit, laissant entendre que, comme la mesure prévoyait que ce n'était plus nécessaire d'être membre de l'UPA pour avoir droit aux crédits de taxes l'organisation syndicale pouvait y voir une menace à son monopole.

Mais ce qui préoccupait le plus les deux hommes c'était l'aspect économique en région, sur l'hôtellerie et la restauration. L'industrie du tourisme est cruciale en région. « Ce qui est bon pour l'économie de la région c'est bon pour tous y compris les producteurs agricoles » a souligné M. Marc-André Poulin.

Les négociations de passage sur les terres se font sans l’UPA !

« Dans nos associations nous avons des membres qui sont des producteurs agricoles et nous voulons maintenir nos bonnes relations ». M. Poulin a fait remarquer que lorsque les clubs de motoneige négocient des passages, c'est avec les propriétaires individuellement qu'ils le font et non avec l'UPA.

Cette affirmation est confirmée par le responsable des communications de l'UPA de Chaudière-Appalaches. Dans un texte publié sur le site web de l'Éclaireur Progrès le 24 janvier, M. Frédéric Poulin précisait : « Selon ces mêmes médias, les membres de la fédération auraient voté à 65 % pour un blocus sur les sentiers traversant les terres agricoles (…) Il n’y a pas eu de vote en Chaudière-Appalaches pour le blocus des sentiers. Nous ignorons d’où provient cette information. Chaque producteur est libre de bloquer ou non chez lui ».

http://www.leclaireurprogres.ca/actualites/politique/2017/1/24/l_upa-n_a-tenu-aucun-vote-pour-bloquer-les-sentiers-de-motoneige.html

Réaction heureuse à L’UPA

Dans un communiqué l'Union des producteurs agricoles crie victoire : « Le gouvernement du Québec prend une bonne décision. La détermination des producteurs agricoles, la nomination récente de M. Lessard et les comptes de taxes reçus jusqu’à maintenant, qui confirment toutes nos évaluations, ont clairement fait la différence », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

 

Sur les photos, à la Une, Gilles Hudon et ci-dessous, Marc-André Poulin