RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Chez Laiterie Chalifoux, on espère des quotas d’importation suite à la signature de l’accord Canada-Europe

Yannick PATELLI ,

Lors de la deuxième journée du Sommet de l’Alimentation sur le thème de la transformation vendredi dernier à Drummondville, Alain Chalifoux, président de Laiterie Chalifoux et Mélanie Chalifoux, directrice de la planification et de l’approvisionnement, ont été les conférenciers d’ouverture. Ils sont venus présenter la réussite de leur entreprise qui génère aujourd’hui 65 millions de chiffre d’affaires et embauche 200 employés. Ils ont souligné l’importance des quotas d’importation pour les petits et moyens fromagers suite à la signature de l’accord Canada-Europe. 

 

Toujours portés vers l’avenir, ils viennent d’investir 30 millions de dollars dans les trois dernières années dans leur entreprise. Alain Chalifoux a, au cours de son allocution, proposé que le MAPAQ soit le porteur d’un projet de guichet unique qui regrouperait les produits du Québec pour les représenter auprès des fournisseurs.

Il a souligné l’importance de respecter les attentes des consommateurs qui veulent connaître la provenance des aliments et s’inquiètent de la présence de pesticides et d’OGM. C’est pour cela que la famille Chalifoux s’assure d’une cueillette de lait chez les producteurs locaux , sans OGM et assure une traçabilité des aliments dans leurs compositions de produits, a-t-il dit.

Alain Chalifoux a aussi exprimé l’importance dans le développement de marché de biens s’inspirer de la richesse de notre terroir, mais aussi de s’intéresser aux ethnies pour lesquelles  il y a à développer des produits spécifiques.

Interrogé par le chef cuisinier Jean Soulard sur l’avenir des petits et moyens fromagers suite à la signature de l’Accord Canada-Europe, il a répondu qu’il existait un regroupement de fromagers de taille moyenne qui jugent important que 30 % des quotas d’importation soient remis à des entreprises qui n’en reçoivent pas encore afin que ce ne soit pas seulement les multinationales qui bénéficient de cet accord.