RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Retrouvez les déclarations de Pierre Paradis à La Vie agricole au cours de son mandat

LVA ,

Le ministre Paradis en raison de la situation que tout le monde connaît maintenant a été démis de ses fonctions de ministre de l’Agriculture, La Vie agricole vous propose de relire les déclarations qu’il a faites à La Vie agricole de 2014 à 2017 sur différents thèmes en lien avec le secteur d’activité qu’il représentait.

Octobre 2014

Sur la contribution de 113 millions de dollars des agriculteurs via La Financière agricole pour aider au déficit du Québec : « La société est toujours là pour aider les agriculteurs lorsqu’ils ont besoin. C’est à leur tour!»

Sur le pluralisme agricole : « Je lis attentivement les rapports Saint-Pierre et Pronovost qui ont été réalisés dans le passé pour le gouvernement du Québec. Je ne ferme la porte à rien, mais pour le moment je n’en défonce pas non plus!»

Sur la loi d’accès à l’information concernant la liste des producteurs : «Je ferai le maximum qui est sous ma juridiction pour rétablir ce déséquilibre entre les deux médias agricoles.»

Février 2015

Sur le pluralisme agricole : « Vous savez le dossier du monopole n’est pas fini de traiter, c’est un dossier évolutif. Mais notez que depuis que nous sommes au pouvoir, on a intégré le Conseil des entrepreneurs agricoles à la société. On a au moins, pour le moment, aidé à leur donner une reconnaissance.»

Mai 2015

Sur la gestion de l’offre : « J’ai hérité de la situation, le fédéral veut verser des compensations tel que négocié par le PQ à l’époque. Dans le champ on appelle ça des chèques de BS. Les agriculteurs préféreraient des normes de réciprocité. (…) L’agriculture au Québec, c’est 40 % sous gestion de l’offre (…) S’il fallait que ça tombe, ça serait catastrophique. Le premier ministre m’a donné le mandat de sauver la gestion de l’offre, j’y travaille.»

Juillet 2015

Sur le développement du secteur biologique : « Il y a un virage qui est en train de se prendre sur le plan planétaire et le Québec n’a pas le droit d’être en retard»

Sur la réserve de 300 millions de  dollars faite par le gouvernement pour les agriculteurs : « Cette nouvelle réserve favorisera la stabilité financière de nos entrepreneurs agricoles en cas de crise. Je souhaite qu’ils n’aient plus à faire face à l’incertitude vécue en 2009-2010.»

Sur la gestion de l’offre : « La gestion de l’offre est le système le plus juste pour les producteurs, les transformateurs et les consommateurs. Nous n’avons pas les moyens de nous en priver.»

Sur l’affaiblissement de l’industrie acéricole québécoise dans le monde : « Je ne peux laisser perdurer cette situation. Je veux encourager l’entrepreneuriat québécois et il est de mon devoir de trouver des solutions.»

Sur la loi 54 pour le bien-être animal : « Par le dépôt de ce projet de loi, je confirme la volonté du gouvernement de réprimer la négligence et la cruauté envers les animaux.»

Sur l’investissement du MAPAQ dans l’industrie des pêches et de l’agriculture : « Ces projets ont contribué à la création et à la consolidation de plus de 1500 emplois dans les régions maritimes.»

Novembre 2015

Sur le secteur en général : « L’agroalimentaire est plus  important que l’aéronautique, que les ressources minières, que les jeux vidéo, que le pharmaceutique (…) On exporte plus de porcs aux États-Unis que d’électricité!»

Sur ses relations avec les producteurs : « J’accompagne les agriculteurs dans leurs préoccupations (…) J’ai le ministère le plus intéressant, mais le plus compliqué au regard des accords internationaux qui se signent»

Décembre 2015

Sur la relève : « L’agriculture va bien à en croire les nombreuses inscriptions dans les ITA. Il y a une volonté de la relève.»

Sur les changements climatiques : « Nous sommes la première génération à constater les changements climatiques et la dernière à pouvoir faire quelque chose.»

Février 2016

Sur le Sommet de l’Alimentation : « Le secteur agricole et agroalimentaire en est un d’une importance majeure dans l’économie du Québec!»

Septembre 2016

Sur le Sommet de l’Alimentation : « On ne peut pas dire ce qu’il en sera à la fin du sommet sinon ça voudrait dire que les conclusions sont connues, mais je ne suis pas un gars qui mettra 7 à 8 ans à appliquer des politiques. J’ai 66 ans !»

Décembre 2016

Sur l’action globale du gouvernement : « Quand on est arrivé, il y avait un déficit de 7 milliards de dollars au Québec. Pour la première fois en 50 ans, on a réduit la dette du Québec. C’est bon pour nos enfants.»

Sur son ministère et sur Jean Garon ( lors de son discours au dernier congrès de L’UPA) : « Le vérificateur général disait du ministère de l’Agriculture quand je suis arrivé il y a deux ans et demi que c’était le plus mal géré avec les transports. Je vous rappelle aussi que Garon disait de la politique de souveraineté alimentaire du gouvernement précédent : ``C’est une politique de colons``»

Janvier 2017

Sur le dossier des taxes des terres agricoles : « Dans l’actualité, plusieurs chiffres circulent et sont contradictoires. C’est donc pour cette raison que nous confions à un expert indépendant le mandat de faire la lumière sur la réforme du PCTFA!»