RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Lessard moins flamboyant que Paradis !

Yan TURMINE, agr. ,

Si l’on se fie à l’entrevue de Laurent Lessard, ministre de l'Agriculture des Pêcheries et de l'Alimentation, donnée à La Vie agricole, il ne faut pas s’attendre à de grands changements au MAPAQ. Le ministre confirme d’ailleurs que peu de choses ont changé depuis son dernier passage au ministère il y a maintenant six ans, ce qui d’ailleurs ne semble pas le décevoir. Il est certainement moins flamboyant que son prédécesseur qui faisait miroiter plus d’action. Son action pour gérer les différents dossiers se fera dans le cadre actuel des choses.

Rappelons que Laurent Lessard a été à la tête du ministère de l’Agriculture des pêcheries et de l’Alimentation à deux reprises, d’avril 2007 à juin 2009 et de sept 2010 à février 2011. Au cours de son deuxième passage à l’agriculture, il était aussi ministre des Affaires municipales (2009 à 2012). Rappelons aussi qu’il est ministre responsable de la région centre du Québec, c’est un habitué des portefeuilles multiples.   

Quand le ministre dit « Moi je suis dans les politiques et dans les politiques, assez rapidement on s’y retrouve parce que ça n’a pas beaucoup changé. » : Cela a le mérite de faire un constat honnête. Effectivement pas beaucoup de choses ont changé depuis son dernier passage en 2011. Et il est fort probable que l’on ne verra pas de nouvelles politiques sous son présent mandat. On assistera plutôt à la gestion des affaires courantes du ministère.

Lessard: C’est Noël avant le temps !

Pourtant plusieurs gros dossiers méritent la mise en place de nouvelles politiques, le dossier de la fiscalité rurale en est un. Sous des apparences de calme, rien n’est réglé et le ministre reste flou sur les intentions du gouvernement. Malgré les affirmations de retour à l’ancien programme, le programme de remboursement des taxes reste au ministère du Revenu. Le remboursement de taxes aux 2500 nouvelles fermes prévu par la réforme de Paradis reste en place, mais sera géré par un autre programme. En fin de compte tout le monde est content : le ministre donne raison à l’UPA, il laisse le programme au ministère du Revenu et les propriétaires de chevaux semblent avoir été entendus par le ministre. C’est un peu Noël avant le temps.

Autre dossier qu’il faudra suivre, le soutien aux productions par l’ASRA. Le ministre dit qu’il veut maintenir ce programme, mais revenir au principe de 1975. Cela veut dire quoi? C’est un dossier que Laurent Lessard connaît bien, il a croisé le fer avec l’UPA  dans ce dossier dans le passé, et il était ministre lors du projet de loi sur la modernisation de la financière. Il est fort peu probable qu’il procède à des changements importants, faute de temps et avec deux ministères à s’occuper dont un assez important (celui du transport), l’on ne se lance pas dans des réformes majeures à l’agriculture qu’il faudra défendre. On risque d’assister à un resserrement des règles, une gestion plus serrée des plafonds.

Ceux qui voulaient un ministre qui prend le leadership dans les réformes seront sûrement déçus. Ceux qui voulaient un ministre réactif aux demandes qui lui seront faites risquent d’être plus heureux. Sa déclaration à La Vie agricole est assez claire « Mais comment on va livrer des combats ensemble ? Quelles stratégies on prend ? Moi le téléphone est ouvert. Ils me connaissent tous. Ils m’appellent ».