RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le fédéral annonce du financement pour les PME agroalimentaires mais reste peu loquace sur le lait diafiltré!

Denise PROULX ,

Le gouvernement fédéral verse 1,84 M $ à des petites et moyennes entreprises canadiennes pour les aider à ouvrir des marchés d’exportation pour leurs produits. Seize entreprises agroalimentaires québécoises se partagent 390 000 $ de ce soutien d’Ottawa. Le gouvernement fédéral est par contre toujours très silencieux sur la problématique du lait diafiltré!

Le député libéral fédéral de La Prairie, Jean-Claude Poissant, s’est félicité de cette volonté d’aide à des PME qui, normalement sans cet argent, ne pourraient s’étendre aisément en Europe ou en Asie: « Nous, on s’est fixé comme objectif d’aider les entreprises à atteindre leurs propres objectifs. Nous faisons leur promotion à l’occasion de foires et salons agroalimentaires. Nous leur facilitons les contacts avec  Exportation et Développement Canada (EDC) et CaneExport, qui les aident à développer une expertise dans le domaine », a mentionné le député en marge de l’annonce.

Les programmes disponibles font parties des fonds disponibles dans Agri-Marketing,  tiré de l’entente Cultivons l’avenir 2, dotée d’une enveloppe quinquennale de 341 M$. La conférence de presse a permis de mettre en valeur le travail réalisé par la firme Trans-Herbe de Saint-Bruno-de-Montarville qui commercialise les thés et tisanes: « Grâce aux fonds d'Agri-marketing, nous présentons et de promouvons nos thés Four O'Clock et nos tisanes sur le marché scandinave et nous avons connu une croissance soutenue de plus de 30 % sur trois ans », a déclaré sa directrice générale Karine Pomerleau.

Et le lait diafiltré ?

Profitant de l’occasion pour connaître les dernières nouvelles des actions du fédéral face à l’épineux problème de l’entrée du lait diafiltré aux frontières, le député Poissant n’a pas été très loquace: « Nous sommes toujours en discussion avec les transformateurs et les producteurs », a-t-il déclaré à La Vie Agricole. Il a par la suite confirmé que Douanes et Assises Canada aurait amélioré ses contrôles aux frontières canadiennes.« Cinq entreprises ont été prises à défaut et ont perdu leur licence d’importation. Il y aura des procès », a-t-il ajouté, sans toutefois vouloir donner plus de détails.

Le député de La Prairie se veut rassurant: « On va continuer à défendre la gestion de l’offre. On n’a jamais changé notre point de vue. On l’a dit suffisamment en Chambre ».