RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Quand le syndicalisme s’associe à la démocratie, un syndicat peut en doubler un autre !

LVA ,

En France, un syndicat n’a pas toujours le pouvoir à vie et cela depuis 2008. On apprenait la semaine passée que la CFDT devançait maintenant la CGT et devenait donc le premier syndicat de France au niveau national.

Comme le rappellait récemment le Huffington Post, c'est historique. La CFDT est devenue le 31 mars dernier, le premier syndicat auprès des salariés du privé au niveau national, devant la CGT, selon le calcul de représentativité de la direction générale du travail (DGT). La situation française a été pendant plus de cinquante ans marquée par l'empreinte de l'état des forces syndicales à la Libération. De 1944 aux années 2000, seules cinq confédérations syndicales bénéficiaient d'une présomption irréfragable*  de représentativité au niveau national interprofessionnel. La loi du 20 août 2008 a modifié ce statu quo. La participation aux élections professionnelles est devenue un baromètre de représentativité majeur.

Un réel pluralisme !

La CFDT a recueilli 26,37% des suffrages, la CGT 24,85%, FO 15,59%, la CFE-CGC 10,67% et la CFTC 9,49%, a annoncé la Direction générale du travail dans un communiqué la semaine passée. La CGT considérée plus à gauche que la CFDT, plus social-démocrate, a toutefois conservé son rang dans les toutes petites entreprises (TPE) et dans le secteur public.

Certaines valeurs incontournables comme la transparence financière !

Pour être représentatif et participer aux négociations des accords au niveau national ou interprofessionnel, un syndicat doit passer la barre des 8% au niveau national. Un syndicat doit aussi être dans des branches de l'industrie, de la construction, du commerce et des services, mais aussi remplir plusieurs critères de représentativité comme la transparence financière, une ancienneté minimale de deux ans, une indépendance et des respects des valeurs républicaines.

La loi de 2008 a rendu les syndicats tributaires de leur audience et mis fin à la présomption "irréfragable" de représentativité dont bénéficiaient par décret de 1966 jusqu'à présent seulement les cinq confédérations (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC), qui ont finalement été reconduites dès 2013.