RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

«Je ne veux pas m’immiscer dans l’élection française!»

Yannick PATELLI ,

NDLR : À sa demande, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie du Québec, a été reçue par La Vie agricole dans ses bureaux sur la Grande Allée à Québec. Il a été essentiellement question de la nouvelle politique en matière de relations internationales. L’entrevue sera dévoilée dans le prochain numéro de La Vie agricole. Retrouvez dès maintenant le commentaire de Christine Saint-Pierre dans l’entre-deux tour de l’élection présidentielle Française.

Yannick Patelli : La 5e puissance du monde devra choisir dimanche prochain, entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, son nouveau président de la République. Il s’agit aussi d’un enjeu majeur pour l’accord Canada/Europe. Si vous étiez française, vous seriez plus Le Pen ou Macron ?  Quel candidat serait le plus utile pour le Canada et le Québec?

Christine Saint-Pierre : « On a été assez clair sur l’importance des accords de libre-échange. Je ne veux pas m’immiscer dans l’élection française. Le gouvernement ne veut pas s’immiscer. On veut laisser la démocratie parler. Mais cependant sur la question de l’accord de libre-échange Canada/Union européenne, je pense qu’on s’est tellement investi là-dedans qu’on va continuer à faire la promotion de cet accord-là et dire qu’il est bon pour l’Europe et bon pour la France. On va laisser les Français choisir. Je ne me positionnerai pas en faveur d’un candidat ou l’autre. J’ai comme compris que Mme Le Pen est en train de légèrement modifier sa position là-dessus. Mais elle a dit devant le parlement à Strasbourg qu’elle n’était pas d’accord. Vous savez, on est là les politiciens pour faire valoir notre point de vue et l’expliquer avec de bons arguments. Quoiqu’il arrive, on va continuer de faire notre démarchage.»

Yannick Patelli : Si Marine Le Pen est élue dimanche, est-ce qu’on risque de se retrouver sur deux fronts: un américain avec un président qui veut éclater l’ALENA et un en Europe où il faudra travailler sur les mêmes enjeux ?

Christine Saint-Pierre : « Je vais vous dire cela dimanche!» dit-elle en éclatant de rire.