RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Vos sols sont-ils en état de produire?

Pierre FOURNIER ,

Ça dépend de vous en grande partie! Tout le monde veut des rendements élevés, mais comment bénéficier de tout le potentiel que les semences d`aujourd’hui vous offrent ? En observant et en corrigeant les petits défauts de son sol. C’est le pilier de votre entreprise et il devient de plus en plus complexe au niveau bactérien en s’améliorant.

On ne devrait plus avoir à « pousser » sur ces 5 points de base :                                                                                  

 - un meilleur drainage

 -le chaulage

 -le nivelage

-le bon équilibre nutritif des sols

 -l’achat de semence de qualité

On devrait se questionner davantage sur les outils de travail du sol, les bonnes rotations, les zones moins productives, les différences de couleur des cultures, la profondeur variable d`enracinement…Pourquoi la densité désirée du semis n’y est pas. On devrait s’interroger sur la présence de mauvaises résistantes, d’insectes nuisibles, de maladies récurrentes, etc.

Question : pourquoi ce sol peut-il résister à des événements comme de fortes pluies, sécheresses, chaleur, infestation d’insectes, tout en continuant à produire?                                                                                                            

Parce qu’il est en SANTÉ : ce dernier est toujours plus productif lorsque les conditions sont moins qu’idéales. Un sol sain est plus résilient et peut s’adapter aux facteurs de stress imposés par les changements climatiques. Par ex: un sol bénéficiant d’un apport adéquat en matière organique de qualité retient plus d’humidité lorsque le climat devient sec…2 % d’écart en M.O peut probablement retenir plus de 10 % d’eau, ce qui fait qu’en période de  sécheresse, ce sol peut libérer jusqu’à 30 lb/a d’azote(N) 4 à 7 lb/a de phosphore(P) 2 à 3 lb/a de soufre(S)            

Et un sol ayant une communauté microbienne plus diversifiée et productive est plus friable et plus facile à travailler…sachez que les vers de terre, à eux seuls, peuvent remuer plus de 50 t/ha /an de terre, et tout ça gratuitement !

En moyenne, un producteur sème 30 fois dans sa vie…et tout commence par un bon semis. Il faut que sa terre soit prête, son équipement bien calibré et qu’il sache quoi faire avec ses intrants. S’il se trompe, il perd 1 an et beaucoup d’argent.   Il doit donc mettre toutes les chances de son bord et profiter de son expérience. Pour réussir, il doit s’entourer de personnes compétentes dans des domaines respectifs. Finalement, le producteur doit CALCULER chaque geste posé.

Quelques alternatives pour « agrandir de l’intérieur »

-Chaulage, Drainage, Performance des équipements, Développements technologiques, Système de GPS, Meilleure commercialisation (contrats à terme) Entreposage (achat de silos) Système d’irrigation,  Changement de production, Bon système de rotation de cultures et/ou culture double, etc.

 Vous le savez, je pousse sur le chaulage des sols depuis mes débuts en 1971                                                             

Selon moi, le Calcium (élément nutritif peu coûteux) joue un rôle primordial sur vos gains  de rendement par :

-la nitrification, grâce aux nombreuses bactéries                                                                                                            

-la vitesse de prélèvement de N, P, K, Mg, S par les racines                                                                                             

 -la nodulation accrue, ex: luzerne, soya, trèfle, pois                                                                                                                   

 -la vitesse de décomposition des résidus de culture                                                                                                    

 -la résistance des plantes au stress hydrique et à certaines maladies                                                                                                                

-la valeur nutritive des plantes riches en protéines, ex.: soya, pois                                                                            

 -la diminution de champignons parasites, ex. : hernie                                                                                                 

 -le blocage dans l’absorption par la plante d’ions nuisibles, ex. : H, Mn, Al                                                               

 -l’efficacité de certains herbicides de sols                                                                                                                         

-le maintien du soufre sous forme sulfate.                                                                                            

Un conseil: Aller dans vos champs tous les jours, après le semis                                                                                             

Surveillez les troubles tels que: manque à la levée, carences, insectes, maladies, surplus d’eau, le champ du voisin qui semble être supérieur au vôtre, etc.

Trois réflexions qui font la différence                                                                                    

-Le plus grand obstacle au progrès, c’est l’attitude                                                                                                                               

-L’imagination rapporte souvent plus que la connaissance                                                                                    

-La meilleure façon de s’habituer au changement, c’est d'en être l’auteur

Enfin, pour améliorer vos rendements en 2017 j’espère que vous avez examiné attentivement vos analyses de sols, regardé avec les spécialistes les points à bien maîtriser comme élément de production.  Il ne me  reste qu’à vous souhaiter que Mère-Nature vous gâte un peu afin que vous obteniez des Rendements de Champions et que je vous cite en exemple dans mes prochains reportages.