RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le MAPAQ se fout de ma gueule

Dominic Lamontagne ,

Voilà près de six mois que j’attendais ça, participer enfin au Sommet sur l’alimentation du MAPAQ le 26 mai prochain à Lévis, cette «grande démarche de réflexion et de discussion en vue de l’élaboration et la mise en œuvre de la future Politique bioalimentaire». Ayant été incapable de me faire inviter aux deux premiers volets de la dite réflexion (c’est pas que j’ai pas essayé), j’étais bien content, en février dernier, lorsqu’on m’a finalement répondu que ma présence serait «pertinente à la troisième rencontre de mai» et que j’étais invité à y participer.

Sans nouvelles d’eux depuis, je tente de les contacter, la semaine dernière puis cette semaine, par courriel et par téléphone, m’adressant aux divers étages (littéralement) du MAPAQ, des communications à l’entrée en bas jusqu’au cabinet du ministre tout en haut. Aucune réponse.

Imaginez ma surprise lorsque j’ai reçu hier soir le 17 mai à 17h11 une notice d'inscription signée Laurent Lessard me priant de bien vouloir m'inscrire au plus tard le 12 mai... Et pour ajouter l’insulte à l’injure, ce courriel, dont j’ai pris connaissance ce matin, m’informe du fait que je serai observateur et non pas participant! Tout de suite je répond au courriel en demandant qu’on m’explique la différence entre les deux statuts et aussi cette histoire de date limite dépassée d’avance: «Les observateurs n’ont pas de droit de parole pendant les ateliers et la table ronde.» me répond-on net-fret-sec dans un délai de trois minutes. Et «Vous avez jusqu’à ce midi pour vous inscrire sur la plateforme d’inscription.» «Bonne journée».

Wow. Trois heures pour ne pas manquer un bateau que j’attends depuis six mois et aucun droit de parole à l’occasion d’une démarche dite de réflexion et de discussion à laquelle on m’a invité? Alors qu’on m’a dit en février que ma présence à cette grande démarche serait pertinente? Alors qu’on demande aux consommateurs, transformateurs, distributeurs, restaurateurs, entrepreneurs agricoles et pêcheurs de venir «conclure les échanges afin de définir une vision commune en vue de la tenue du Sommet de l’alimentation à l’automne 2017»?

Je pense qu’on se fout carrément de nous, de moi et de mon entreprise En Pleine Gueule; on se fout de ma gueule.

Sachant que le droit de parole, en tant que conférencier d’honneur, n’a été accordé à nul autre que Claude Lafleur, grand défenseur de l’agriculture productiviste, qui, avant d’être chef de la direction de La Coop fédérée de 2005 à 2014, était le directeur général de l’Union des producteurs agricoles et a aussi travaillé, en outre, à la Fédération des producteurs de lait du Québec (la plus lucrative, et de loin, des associations agricoles québécoises), permettez-moi de douter du fait que les petits agriculteurs seront bien représentés au dernier volet du Sommet sur l’alimentation du MAPAQ. Rappelons que le thème du volet actuel n’est rien d’autre que «perspectives d’avenir pour les entrepreneurs agricoles». Ceux qui ont déjà le pouvoir oui.

À preuve, le commentaire du porte-parole de la Coop fédérée (nul autre que le Vice-président d’Olymel) envoyé pendant la table ronde qui tenait lieu de conclusion au deuxième volet de ce même Sommet sur l’alimentation le 10 février dernier. C’était de l’ordre de «faudrait surtout pas que ça soit trop facile pour les petits parce que ça serait pas juste pour nous les gros»[1]

Bref, le MAPAQ refuse qu’un tout petit auteur-producteur-transformateur vienne pisser dans la soupe pour remettre quelques pendules à l’heure. Qu’ont-ils tant à craindre du peuple?

Pour ceux qui se le demandaient, j’ai bien partagé tout de suite mon intense déception à mon interlocutrice mais évidemment, comme c’est l’habitude du MAPAQ, silence sur la ligne.

Je pense y aller quand même, avec un gros morceau de ruban noir sur la gueule, tapis dans l’ombre, bâillonné mais présent. Qui vient avec moi? J’amène le «tape».

 

Dominic Lamontagne est Auteur de La ferme impossible, militant pour une agriculture artisanale québécoise libre et parrain de l'Institut Jean-Garon

[1] sommetalimqc.gouv.qc.ca/videos 10 février 2017 «Sommet sur l’alimentation — Rencontre 2 : Troisième partie (table ronde)» à ± 1h11 dans la vidéo