RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Des Québécois désintéressés de l’agriculture ?

Yannick PATELLI ,

Caroline Roy, vice-président Léger, a fait ce matin lors du 3e volet du Sommet sur l’Alimentation, une présentation en chiffres de la perception qu’ont les Québécois de  l’agriculture. Il semble assez évident que la population du Québec a peu de connaissance et de connexion avec ce milieu.Des discours parfois à sens unique laisse entendre, quant à lui, Claude Lafleur, conférencier d'honneur du Sommet de l'Alimentation. 

Le monde agricole, un secteur peu connu !

80 % des Québécois interrogés estiment que leur connaissance sur l’agriculture et les pêches est faible. Seulement 39 % se disent concernés par les actualités agricoles et 40 % n’ont aucune préoccupation liée au secteur. Seulement 28 % ont visité une ferme au cours des cinq dernières années.

Pour s’informer sur le secteur agricole, 63% s’informent sur l’agriculture par la télévision et la radio, 26 % d’entre eux préfèrent les journaux et 23 % utilisent plutôt internet. L’agriculture urbaine semble avoir la cote : 38 % vivant en milieu urbain disent avoir pratiqué l’agriculture urbaine au cours de la dernière année.

Perceptions sur le monde agricole: grosse divergence sur les accords internationaux !

74 % des Québécois estiment que les entreprises contribuent à l’économie du Québec et à la création d’emplois et 64 %  des Québécois estiment que les entreprises offrent le juste prix. Sur les accords internationaux, 41 % pensent que cela bénéficie au secteur agricole alors que 42 % pensent le contraire.

55% des Québécois pensent que le milieu a le souci du respect environnemental, mais 88 % des Québécois sont préoccupés des résidus des pesticides. 80 % sont préoccupés par les conséquences sur les ressources naturelles, 81 % sont préoccupés par le bien-être des animaux  et 78 %  se disent inquiets de l’utilisation des OGM.

Des terres en danger ?

63 %  des Québécois pensent que l’acquisition de terres agricoles est un enjeu et 73 % se disent préoccupés par l’achat de terres par des personnes autres que des agriculteurs.

Finalement 79 % des Québécois se disent prêts à acheter des aliments produits localement pour aider le monde agricole et 47 % pensent que le gouvernement doit appuyer les entreprises à adopter des pratiques durables. 43 % disent que le gouvernement doit protéger le territoire et les activités agricoles.  Toutefois seuls 34 % des Québécois sont optimistes pour le secteur agricole.

Claude Lafleur met la lumière sur les vendeurs de terres

«5000 fermes du Québec réalisent 75 % des revenus agricoles du Québec et ce sont ces entreprises là qu’il faut surveiller dans les prochaines années», de dire Claude Lafleur, conférencier d’honneur du 3e volet du Sommet de l’Alimentation . Il a aussi appelé à surveiller l’agriculture de proximité qui a la cote. «Mais les fermes intermédiaires font face à une tension inévitable», dit-il. « On parle souvent de ceux qui veulent acheter des terres, rarement de ceux qui veulent les vendre. Plusieurs passent à la caisse en ce moment et on en parle peu» a-t-il précisé.