RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Une marche pour sauver les terres agricoles des Sœurs de la Charité

LVA ,

 C’est autour des terres des Soeurs de la Charité que s’est rassemblée samedi dernier une foule pour amplifier la Voix citoyenne quant à l’importance de se préoccuper de l’aménagement de notre territoire et des terres zonées agricoles de l’Agglomération de Québec. 

L’objectif de l’événement est atteint selon les organisateurs d’autant plus qu’il y a une suite à cette grande marche festive. Le public présent a signé la déclaration de Voix citoyenne qui sera annexée à son mémoire (SAD) *. Il a aussi été invité à écrire aux décideurs pour demander la conservation des terres à Québec.

Estelle Le Houx, du conseil d’administration de Protec-Terre a précisé que «Les terres des Soeurs de la Charité ont été acquises pour nourrir les indigents et les malades de Québec. Ce sont des terres nourricières que l'on se doit de préserver pour la population actuelle et les générations futures. Elles constituent un bien commun avec une grande valeur environnementale, sociale et patrimoniale. Les bénéfices à long terme pour l'ensemble des habitants de la ville de Québec sont bien plus importants que les profits à court terme que feront les fondations et promoteurs privés. Ce dont ces terres ont besoin, c'est d'un statut de protection perpétuel, rien de moins».

«Il y a moyen de penser la ville en densifiant intelligemment et en intégrant ce garde-manger de proximité que constituent les dernières bonnes terres agricoles de Québec, à l'intérieur ou près de son périmètre urbain»  a déclaré quant à lui Christian Simard de Nature Québec.

Selon Benoît Girouard de L’Union paysanne, «L'enjeu du territoire agricole en est un de souveraineté alimentaire et d'écologie. Ce n'est pas vrai que nous réussirons les défis écologiques de notre époque en faisant se promener la nourriture d'un bout à l'autre de la planète ».

«Nous sommes heureux d’avoir été invités à cette marche, car la préservation de la vocation nourricière des terres agricoles est un sujet qui nous tient aussi à coeur. »  a dit Luce Bélanger, Présidente de l’UPA de Québec, Jacques-Cartier.

Et depuis Montréal, le message de Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec et l’Atlantique a été clelui-ci : «Nos terres agricoles sont une richesse unique qui assure notre sécurité alimentaire future. À chaque acre qu’on perd, on vide un peu plus le garde-manger de nos enfants».