RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Fabry poursuivi au criminel suite à la plainte de L’UPA

LVA ,

Michel Fabry, l’éleveur laitier qui a vidé sa citerne de lisier devant le siège social de L’UPA ce printemps a été finalement accusé au criminel suite à la plainte déposée par l’UPA. Les producteurs sont offusqués selon ce qu’on peut lire sur Lait’Quitable.

Au lendemain des congés de la fête nationale de la Saint-Jean, le DPCP (Directeur des poursuites criminelles et pénales) a officiellement déposé sa poursuite contre M. Fabry accusé «d’avoir commis un méfait à l’égard d’un bien dont la valeur dépasse 5 000 $ et d’avoir empêché, interrompu ou gêné l’emploi, la jouissance ou l’exploitation légitime d’un bien». Il est passible d’un emprisonnement maximal de 10 ans.

Plusieurs producteurs s’offusquent de la situation alors que Marcel Groleau, président de l’UPA, justifie son geste sur Lait'Quitable, le forum Facebook, créé à l'origine pour contester l’entrée du lait diafiltré à l’époque où l’UPA et la fédération des producteurs de lait (PLQ) tentaient de minimiser cette pratique nuisible aux producteurs de lait du Canada.

On peut  lire à la question d’un producteur qui veut savoir si L’UPA a porté plainte une première réponse du président de l’UPA : « Il aurait  été accusé quand même. L’UPA n’est pas que la maison des producteurs de lait», puis lorsque le producteur veut savoir si L’UPA a bel et bien poursuivi l’un de ses membres, Marcel Groleau répond : « Oui, nous avons porté plainte. L’UPA ne soutient pas les gestes de vandalisme, quelqu’ils soient. C’est une décision soutenue par le conseil de l’UPA.»

Plusieurs producteurs nous ont écrit, indignés de voir que l’UPA ne comprend pas le message que M.Fabry passait lorsqu’il a posé ce geste.

Michel Fabry est attendu en Cour le 22 août prochain. On ne sait pas encore s’il plaidera coupable ou non, mais on se souviendra qu’il déclarait à La Vie agricole ne pas regretter son geste lorsque nous l’avons rencontré en mai dernier. D’autres poursuites pourraient être entamées par la compagnie d’assurance.