RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

«Il y aura toujours des expositions au Québec»

Yves Charlebois ,

L'éleveur Marc Comtois de Victoriaville est capable de vous dire en regardant une vache laitière de quelle famille elle est issue, dont son père et sa mère. Il est juge d'exposition au niveau international et ce, sur les cinq continents. Les expositions n’ont plus de secret pour lui. « Des expositions d'animaux au Québec, il va toujours en avoir, probablement moins mais la qualité va en augmentant », de dire M. Comtois. Il explique la baisse du nombre d'expositions en raison des progrès technologiques. « Il n'y a plus de foule dans les estrades, mais tu peux voir des expositions partout dans le monde grâce à internet et ça va de même pour les encans ». Il ajoute que la préparation des animaux, qui était variable d'un éleveur à l'autre, a tendance à s'uniformiser et c'est de plus en plus professionnel.

En plus d'être juge, il expose ses animaux, il participe au World Dary Show à Madison au Wisconsin et à l'exposition Royal de Toronto dont il a raflé deux premières places l'an dernier. Bien sûr, il est toujours présent avec ses animaux à l’exposition régionale de son patelin à Victoriaville.

Une famille d’éleveurs

La ferme Comestar, c'est une histoire de famille. En plus de Marc et son épouse France Lemieux qui sont copropriétaires, leurs enfants sont également tous actionnaires, soit Julie, Steve et Kathleen en plus du gendre Julien Turmel.

La ferme s'étend sur 1850 acres et compte 950 bovins. Le quota laitier est de 480 kilos. On ne s'arrête pas là : « Nous avons l'intention d'acheter encore du quota », de dire Marc.

La qualité des bêtes de cette ferme est reconnue à travers le monde. Leur taureau Comestar Lautrust est le numéro un au Canada. Il loge au Centre d'insémination d'Alliance Semex à Kemptville en Ontario à 60 kilomètres au sud d'Ottawa.

Les éleveurs qui désirent se procurer la semence de ce taureau né en 2012 doivent débourser 72 $ pour une seule dose. Au centre d’insémination, on raconte qu’un taureau de cet âge qui n’est pas encore adulte peut donner 150 doses par récolte et ce, deux à trois fois par semaine.

D'ailleurs, on ne compte plus les taureaux dans les centres d'insémination provenant de cette ferme, dont le célèbre taureau millionnaire Comestar Outside décédé au Centre d'insémination artificielle du Québec (CIAQ) en 2008. Chez Comestar, on vend également des embryons, soit environ 250 par année, à des prix variant de 300 $ à 4000 $.

Les membres de cette famille sont de véritables passionnés. Steve, qui est devenu juge d'animaux, se targue de plus connaître la génétique des animaux de leur ferme que son père. Ça promet!