RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

« C’est le Parti conservateur qui a sonné l’alarme sur la problématique du lait diafiltré»

Yves Charlebois ,

En entrevue à La Vie agricole, Andrew Scheer a précisé être fier d’être soutenu par la classe agricole : « C'est évident, c'est un message très important pour moi. J'ai eu beaucoup d'appuis des secteurs laitiers partout au Canada, mais aussi, c'est évident, au Québec. Mon message à tous les producteurs qui ont acheté des cartes de membre est qu'ils s'impliquent dans notre course, qu’ils demeurent engagés avec nous pour partager nos enjeux comme protéger le système de gestion de l'offre, mais d'autres choses aussi comme le développement économique et tout ce qui touche la vie des Québécois et Québécoises. »

Yves Charlebois : Le système de gestion de l'offre, pensez-vous dans dix ans qu’il va être encore là?

Andrew Scheer : « Si je suis premier ministre, oui (éclat de rire). Les producteurs laitiers travaillent très très fort pour s'adapter aux innovations technologiques. Nous avons signé l'accord de libre-échange et, en même temps pour protéger notre système, je pense que c'est possible. Je n'aime pas le message de l'administration des États-Unis qui attaque notre système. Les Américains ont leur propre système pour soutenir leurs producteurs. Le US Farm Bill dépense des milliards de dollars chaque année. On doit protéger le système qui marche pour nous et, en même temps, on peut signer les accords de libre-échange avec n'importe quel pays. »

Y.C :Vous comptez faire quoi avec l'histoire du lait diafiltré?

A.S :« C'est le parti conservateur qui a sonné l'alarme il y a un an. Tous les membres de notre caucus ont voté une motion pour interpeller le gouvernement pour qu'il en fasse plus pour contrer le problème de l'entrée du lait diafiltré. C'est notre caucus qui a proposé des solutions. Je suis très confiant de trouver des moyens pour que ça se règle. En passant, ce n'est pas qu’avec le système de gestion de l'offre que le Parti conservateur rallie les producteurs agricoles, c'est également avec le développement économique des régions, la sécurité nationale et celle de nos frontières et pour contrer les déficits du gouvernement. »

M. Scheer a précisé à La Vie agricole qu’il compte revenir au Québec prochainement.

 

Sur la photo principale - Dans son discours, Andrew Scheer s'en est pris aux déficits chroniques du gouvernement Trudeau.

Sur la 2eme phot- La famille Comtois de la ferme Comestar était tout sourire d’accueillir autant de gens chez eux pour la Saint-Jean-Baptiste. La famille avec André Scheer, Alain Rayes et Marc Comtois.