RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

L’industrie laitière canadienne en conflit d’intérêt ?

Denise PROULX ,

Agropur, Saputo et d’autres transformateurs canadiens sont membres de l’une des associations de transformateurs de lait les plus puissantes au monde, l’International Dairy Foods Association (IDFA), qui s’oppose avec véhémence à la gestion de l’offre au Canada et en particulier à l’entente intervenue entre les producteurs de lait et les transformateurs. 

 

L’IDFA dénonce la création de la classe 7 qui favorise l’utilisation de lait canadien au détriment du lait diafiltré importé des États-Unis.

Le problème dans cette déclaration signée par la principale association des transformateurs des États-Unis, de l’Australie, de l’Union Européenne, du Mexique et de la Nouvelle-Zélande est qu’à titre de membre de  l’IDFA, Agropur, Saputo, Ultima, Olympic et des transformateurs de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse en soutiennent les activités de dénigrement et la volonté de poursuivre le Canada au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

« Ainsi, 50% des producteurs laitiers du Québec finance en partie cette campagne qui incite Trump à les dénigrer! Notre industrie laitière serait-est truffée d’incongruités et de conflits d’intérêts ? », s’interroge Pierre Nadeau, un ancien directeur général du Conseil  des industriels laitiers du Québec.

« Nous ne sommes d’un membre parmi une centaine. Nous leur avons fait savoir notre profond désaccord avec cette position. Mais l’IDFA prend ses décisions par consensus. Compte tenu que c’est la principale association des transformateurs de lait des États-Unis, nous ne pouvons pas exiger un droit de véto », a déclaré le porte-parole d’Agropur, Dominique Benoît.

Agropur ne compte pas pour autant se retirer de l’IDFA, puisque sa présence au sein de cette organisation lui permettrait de faire avancer d’autres dossiers.

Domination américaine

Aux États-Unis, les transformateurs les plus agressifs contre la gestion de l’offre, soit  la National Milk Producers Federation, le US Dairy Export Council et le National Association of State Departments of Agriculture condamnent la Stratégie nationale canadienne des ingrédients mise en œuvre depuis l’automne dernier, « qui offre des incitations financières aux transformateurs canadiens pour les encourager à utiliser des intrants laitiers canadiens et décourager l'utilisation de lait diafiltré américain importé.»

L’IFDA reprend à sa charge le calcul que ces puissants transformateurs disent perdre, soit 150 millions de dollars américains, à cause de la création de la classe 7 qui établit la vente du lait à un prix équivalent à celui du lait diafiltré, vendus par des transformateurs du Wisconsin et de New York.  Elle estime que cette stratégie nationale est adoptée en  violation de l'OMC.

"IDFA se prononce contre les politiques protectionnistes du Canada et demande à l'administration Trump et aux gouverneurs et législateurs des États concernés d'insister pour que le Canada respecte ses engagements commerciaux et permette plus d'accès aux marchés pour les produits laitiers américains", a déclaré le président et pdg de l'IDFA, Michael Dykes.

Également appelée à commenter cette position,  Saputo n’a pas été en mesure de répondre à nos questions au moment d’aller sous presse.

 

Sur la photo, René Moreau, président d'Agropur