RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Le syndicat majoritaire en France mise sur le consensus !

LVA ,

Pendant que Québec est en année de consultation avec le Sommet de l’Alimentation, exercice qui devrait connaître son dénouement cet automne, la France est en train de tenir ses États généraux de l’alimentation. Preuve en est donc, que tous les pays cherchent à améliorer leur monde agricole et leur industrie agroalimentaire. En France, pour le syndicat majoritaire (FNSEA), le succès des États généraux passera par le consensus entre les différents acteurs, rapporte le magazine France agricole.

La FNSEA garde son optimisme : « Nous sommes satisfaits des premières réunions, car nous avons très vite pu entrer dans le concret », a soutenu Christiane Lambert, présidente du syndicat majoritaire FNSEA, lors de sa conférence de rentrée, ce mardi 5 septembre 2017, de préciser France agricole.

Débat contre ligne consensuelle

De son côté, rapporte France agricole, la Coordination rurale (CR) a résumé le lancement des ateliers par «une formule lapidaire : ``une journée pénible`` ». Coordination rurale veut du débat quand la FNSEA envisage la ligne consensuelle.

France agricole rappelle que ces dernières semaines, Christiane Lambert, la présidente du syndicat majoritaire, a multiplié les rencontres avec les industriels et les distributeurs, allant jusqu’à poser en photo aux côtés de Michel-Edouard Leclerc, le célèbre distributeur des magasins d’alimentation Leclerc.

Pour Christiane Lambert : « Il est nécessaire de trouver des points de convergence et d’équilibre pour que les États généraux soient un succès. Nous ne pouvons pas être en permanence dans le rapport de force. Passer d’adversaires à partenaires est une conviction ! » a-t-elle précisé à France agricole.

Pour le troisième syndicat français, la Confédération paysanne, cette stratégie n’a pas lieu d’être : « Le revenu des paysans ne sera jamais assuré de manière pérenne par la seule bonté d’âme de ces entreprises, tournées logiquement vers leur profit», ont-ils décrié auprès de France agricole.