RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Maximisez la valeur de vos fourrages

Nathalie GENTESSE, M.Sc., agr. ,

 

Les analyses de fourrage servent à estimer leur valeur nutritive. Avec cette information, la consommation des animaux peut être prédite et leur performance anticipée. Un fourrage mature limitera la consommation des animaux et nécessitera plus de complémentation pour tenter de répondre aux besoins des animaux. Les fourrages jeunes sont riches en nutriments, très digestibles et offrent un potentiel de consommation et de performance élevé.

Une analyse de laboratoire, c’est d’abord et avant tout une méthode d’estimation basée sur des lectures faites par des appareils sophistiqués et des calculs. Il n’y a donc pas de valeur absolue pour un paramètre donné. Le nerf de la guerre pour les laboratoires consiste donc à obtenir une estimation qui se situe dans une fenêtre étroite de résultats en ayant les techniques les plus constantes et précises.

La détermination de la valeur nutritive par un laboratoire représente un défi technique. C’est pourquoi plusieurs laboratoires ainsi que deux importantes organisations reliées aux fourrages aux États-Unis ont formé le « National forage testing association », le NFTA, dans les années 80  afin d’améliorer la précision des méthodes d’analyses. La participation à ce programme de certification demande de la rigueur dans les méthodes d’analyse afin d’obtenir des résultats comparables aux autres laboratoires de l’association.

Les méthodes d’analyses acceptées sont la traditionnelle chimie humide et l’infra-rouge. L’équipement d’analyse par infra-rouge est très dispendieux à l’achat mais permet d’obtenir des résultats dans un temps très rapide et à un cout beaucoup plus abordable pour le client. La technique par infra-rouge donne des résultats équivalents à ceux analysées par chimie humide en autant que l’appareil soit calibré soigneusement pour le type d’échantillon à analyser.

Le résultat ne peut être plus précis que l’échantillon n’est représentatif du lot analysé.

Rappelez-vous : vous voulez obtenir une estimation fiable de la qualité de plusieurs tonnes de foin ou d’ensilage par l’entremise de l’échantillon que vous envoyez au laboratoire. Or, une fois arrivé au laboratoire, cet échantillon est séché et moulu finement. Une quantité d’environ 1 à 3 grammes de fourrage moulu, soit la grosseur de l’ongle de votre pouce, sera utilisé pour l’analyse. Il est donc essentiel de prélever soigneusement un échantillon à la ferme, qui sera le moins biaisé possible. Il devra être représentatif du ratio feuilles/tiges, de la composition de votre mélange d’herbes et même de la composition en mauvaises herbes. Plusieurs références qui décrivent les méthodes d’échantillonnage sont disponibles.

Oubliez la poignée de foin ou d’ensilage si vous voulez obtenir le plein potentiel et vous rapprocher de la réalité avec vos analyses de fourrages. Un résultat qui surévalue ou qui sous-évalue la qualité des foins ou des ensilages vous privera de l’utilisation optimale de vos ingrédients ou limitera la productivité de votre troupeau.

(Basé sur un article paru dans Progressive forage, juillet 2017)