RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Luzernes à Teneur Réduite en Lignine : L’ENVERS DE LA MÉDAILLE

Guy Forand ,

Abordons la question du microbiote des sols, sujet portant sur l’écosystème laitier. Mais pourquoi ce titre qui parle de luzerne alors que je dois vous entretenir du sol ? C’est que l’introduction des nouvelles luzernes à Teneur Réduite en Lignine (TRL) aura d’importantes conséquences et particulièrement sur la santé des sols des fermes laitières. Du sol au «bulk tank», essayons de mieux comprendre ce nouveau phénomène technologique.

Le maintien de prairies mixtes de graminées-légumineuses pérennes dans la rotation de culture d’une ferme laitière est extrêmement bénéfique. Tous les producteurs qui ensemencent du maïs sur un retour de prairie le savent. Les rendements sont toujours plus élevés avec en prime une diminution des coûts d’engrais. Les prairies multi-espèces sont de véritables toniques pour la santé des sols. Elles agissent simultanément sur la biologie (sols plus vivants), la physique (sols plus poreux) et la chimie (sols plus fertiles). Elles importent gratuitement de grandes quantités d’azote, augmentent la matière organique et l’activité biologique, séquestrent le carbone, contrent l’érosion, diminuent la compaction, facilitent la protection des cultures, réduisent le travail de sol et plusieurs choses encore.

Il existe deux types de luzerne à TRL : Les HarvXtra® RR® OGM (Monsanto) et les Hi-Gest®, non-OGM (Dow). Ces deux types de luzernes se caractérisent par leur plus faible teneur en lignine lorsqu’elles deviennent plus matures. Cette teneur réduite en lignine permet au producteur de récolter sa luzerne à un stade de maturité plus avancé, tout en maintenant une bonne digestibilité de la NDF. De là l’idée de récolter moins souvent en augmentant les intervalles de temps entre les fauches. (…)

Récemment, lors d’une visite de ferme, je demandais à un producteur laitier ce qui l’avait décidé à semer de la luzerne HarvXtra®. Il m’a donné deux raisons : premièrement, éliminer un problème sévère d’infestation de mauvaises herbes vivaces et deuxièmement, se faciliter les choses en faisant une coupe de moins par saison. Évidemment, en semant de la luzerne RR, il a dû retirer la fétuque de son mélange fourrager. Alors je poursuivis en lui demandant par quoi il remplacerait les très productives fétuques qui faisaient partie de ses mélanges et qu’il estimait beaucoup. Il me répondit qu’il allait produire plus de maïs ensilage afin d’en augmenter les quantités dans ses rations.

Voilà où le bât blesse. Dans les faits, les deux types de luzerne mèneront à une association fourragère luzerne pure – maïs ensilage. Mais comment ça ? Me direz-vous. Les luzernes Hi-Gest® n’empêchent pas la présence des autres graminées pérennes dans les peuplements. D’accord, mais dites-moi, en récoltant vos luzernes au stade pleine floraison, quelle sera la qualité des graminées ? C’est clair que les graminées deviendront beaucoup trop matures et comme on dit : VOUS RÉCOLTEREZ DE LA BROCHE ! De plus, la luzerne étant très sensible aux dommages hivernaux, quel sera l’impact sur la sécurité fourragère des fermes laitières.

Deux systèmes laitiers qui s’affrontent

Du point de vue du sol et des cultures, l’introduction des luzernes TRL sur les fermes laitières mènera inévitablement à une diminution sans précédent de la biodiversité végétale sur nos fermes laitières. Très rapidement, toutes les graminées et autres légumineuses pérennes (fétuques, dactyle, bromes, fléoles, alpiste, trèfles, lotier, ray-grass, festulolium, herbe soudan, etc.) seront remplacées par du maïs et de la luzerne pure et l’impact sera majeur. (…) Je crois que nous devons réfléchir un peu plus aux effets pervers que ces luzernes pourraient faire peser sur tout l’écosystème laitier.

Mais du point de vue nutrition, tout sera beaucoup plus simple. Du maïs ensilage qui se récolte en un seul coup pour l’apport d’énergie et de la luzerne pure pour l’apport de protéine, ce sera Le Meilleur des Mondes ! Examinons la situation d’un peu plus près.

(…) Certes ce texte n’est pas exhaustif et il suscitera probablement beaucoup de réactions, et c’est précisément ce que j’espère. La question n’est pas de devenir anti-progrès, mais de bien réfléchir à la question avant d’aller de l’avant avec le concept luzerne TRL – maïs ensilage. Un beau champ de luzerne avec en background un magnifique champ de maïs ensilage c’est super attrayant pour l’œil d’un agriculteur et d’un agronome. Mais au-delà de l’esthétisme, je crois que nous nous devons de bien réfléchir avant d'adopter cette manière de produire du lait. La perte d’autonomie et de durabilité de nos fermes laitières pourraient s’avérer importantes.