RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Mesures de prévention de la contamination par des semences traitées



WINNIPEG, le 13 sept. 2013 /CNW/ - Les producteurs de l'Ouest canadien récoltent leurs cultures, et certains sèment du blé d'hiver. Comme il est possible que les producteurs manipulent des semences et du grain récolté au même moment, il existe un risque que le grain destiné à la livraison soit contaminé par des semences traitées.

La Commission canadienne des grains rappelle aux producteurs qu'ils peuvent prévenir la contamination par des semences traitées en prenant les précautions suivantes :

  • Dans la mesure du possible, entreposer les semences traitées dans des cellules distinctes.
  • Nettoyer l'équipement et les cellules après l'ensemencement et avant la récolte.
  • Inspecter visuellement l'équipement et les cellules afin de détecter des semences traitées :
    • avant la récolte,
    • avant de transférer du grain d'une cellule à une autre,
    • avant de transférer du grain dans un camion ou un wagon en vue de sa livraison.

Limites et restrictions pour la manutention du grain

Santé Canada a établi des limites maximales de résidus visant les produits chimiques dans le grain canadien. Le grain excédant ces limites peut être condamné, ce qui veut dire que le grain ne peut entrer dans la chaîne alimentaire, ni dans le système d'alimentation des animaux, et doit être détruit.

Aux termes de la Loi sur les grains du Canada, une installation agréée de manutention du grain ne peut recevoir du grain contaminé et peut refuser d'accepter une livraison de grain que l'on croit être contaminé. En outre, la Loi sur les grains du Canada interdit la livraison de grain contaminé.

Si l'on trouve des semences traitées dans une expédition au silo terminal, l'expédition sera retenue jusqu'à ce que la Commission canadienne des grains ait effectué une analyse chimique.

Tout retard causé par la présence de semences traitées peut entraîner des coûts supplémentaires pour les manutentionnaires ou les producteurs de grain. Par exemple, si un wagon de producteurs est contaminé, des frais supplémentaires pourraient être imputés au producteur, comme des frais d'entreposage ou des coûts liés à la contamination possible d'autre grain se trouvant à l'installation, entraînant ainsi une baisse de la valeur du grain.

À propos de la Commission canadienne des grains

La Commission canadienne des grains est l'organisme fédéral chargé d'établir et de maintenir les normes de qualité visant les grains du Canada. Ses programmes permettent d'expédier des grains qui répondent régulièrement aux exigences des contrats en matière de qualité, de salubrité et de quantité. De plus, la Commission canadienne des grains réglemente l'industrie des grains pour protéger les droits des producteurs et assurer l'intégrité du commerce des grains. 

SOURCE Commission canadienne des grains

Rémi Gosselin
Gestionnaire, Services intégrés d'information

La Vie Agricole

Météo media

Publicités

Distribution

 

 

Abonnement

Nous contacter

Conditions d'utilisation