RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les multinationales de la semence veulent être meilleures dans leurs explications aux consommateurs

LVA ,

M.Collins

En octobre, le Wall Street Journal publiait un article intitulé : «Comment la science des données et l'édition de gènes vont transformer l'agriculture», faisant référence à une vision du futur agricole des dirigeants de multinationales du  monde de la semence.

Depuis environ 20 ans, les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont devenus populaires et ont été alors largement critiqués.

Aujourd’hui de nouvelles technologies promettent d'avoir un regard beaucoup plus détaillé sur des choses comme la façon dont l'engrais peut être utilisé plus efficacement. Le Wall Street Journal s’est entretenu entre autres avec James C.Collins Jr de DowDuPont.

«Potentiellement plus controversée une nouvelle technique connue sous le nom de modification de gène qui permet aux scientifiques d'enlever des traits négatifs d'un organisme ou d'ajouter des traits positifs sans introduire d'ADN étranger» écrit le Wall Street Journal.

À propos de Crispr [une sorte d'édition de gènes] ?

«Je pense que le véritable aspect de Crispr est le fait que la technologie que nous connaissons depuis des centaines d'années, une de nos technologies les plus anciennes, est actuellement notre nouvelle technologie. Cela nous permettra de faire le même genre de choses que nous avons toujours pu faire. Le travail d'élevage que nous faisons tous les jours, beaucoup plus vite. Nous pouvons faire en six mois ce qui nous prenait six ou sept ans», de répondre M.Collins.

«Je vais vous donner un autre exemple. Pour un agriculteur qui, par exemple, cultive 1 000 acres, il ne sait pas aujourd'hui lequel de ces mille acres est le plus rentable et le plus productif, et lequel ne l'est pas. Il obtient un instantané de 1000 acres. Comme nous entrons dans ce monde numérique et que nous commençons à utiliser des données, comme vous le suggérez, sur une base de quelques mètres carrés, nous pouvons aider notre producteur à décoder ses terres les plus rentables, ses terres les plus productives. Et ensuite, nous pouvons reproduire cela complètement sur ces 1 000 acres.»

Répondre aux peurs des consommateurs ?

«Nous parlons d'essayer de nourrir 10 milliards de personnes d'ici 2050 et de maintenir la courbe de productivité que nous connaissons aujourd'hui. Nous allons nourrir beaucoup de gens, mais nous allons également créer beaucoup de stabilité économique, ce qui mène à la stabilité politique et mène à la prospérité.»

Quand le journaliste lui demande : «Un aliment génétiquement modifié ou une graine éditée par un gène qui crée un aliment - devrait-il être étiqueté comme un OGM ou non? »

M. Collins de répondre : « Soyons clairs. La technologie que nous déployons est la capacité qui existait déjà dans la nature. Nous utilisons ces outils depuis des centaines d'années grâce au processus de reproduction normal que nous avons utilisé. (…) Le point principal est que nous travaillons dans le génome du maïs, par exemple. Nous n'introduisons aucun ADN non indigène dans le maïs. Nous avons identifié un hybride de maïs en Argentine dont le trait désiré est déjà dans le maïs. Mère nature l'a mis là et nous optimisons ce trait du maïs en Amérique du Nord.»

M. Collins finit son entrevue en précisant : «(…) En tant que communauté agricole, commerciale. Nous devons faire un meilleur travail pour l'expliquer aux consommateurs.»

Édition -16 octobre 2017 sous le titre «Data Science va transformer l'agriculture».