RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

«Le glyphosate, le problème n’est pas le délai, mais ce qu’il y a derrière»- Marine Le Pen

LVA ,

«Le glyphosate, le problème n’est pas le délai, mais ce qu’il y a derrière» a déclaré ce matin Marine Le Pen, présidente du Front national sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV.

« On ne peut pas mettre les agriculteurs devant le fait accompli en leur disant : vous ne pouvez plus utiliser ce désherbant parce qu’ils vont perdre leurs récoltes», dit-elle. Elle soutient que la situation des agriculteurs est déjà assez grave à cause du CETA et des accords de libres-échanges.

La période de 5 ans de renouvellement de ce produit  est un tort selon elle.  Sur la volonté du président de la République française, Emmanuel Macron,  de réduire le délai de prolongation du glyphosate en France, elle se dit en accord, mais demande des aides financières pour les agriculteurs s’ils utilisent des désherbants moins nocifs.

«Si on veut vraiment avoir une action et des résultats, alors il faut que l’État s’engage à donner des aides pour qu’on puisse ne pas utiliser le glyphosate en France, mais c’est bien beau M. Bourdin de vouloir interdire le glyphosate en France, mais il faut aussi dans ce cas interdire tous les importations de produits traités au glyphosate, mais on voit bien que dans l’Union européenne de la libre circulation des produits, il n’est pas envisageable d’interdire ces importations parce que sinon ça crée une concurrence déloyale», a-t-elle lancé.

À la place de Macron « J’aurais demandé une commission spéciale sur les Monsanto Papers et j’aurais créé une incrimination particulière sur les entreprises criminelles, car je considère que Monsanto est une entreprise criminelle qui empoisonne notre santé et celle de nos enfants», a-t-elle conclu.