RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Le «World Bachand Tour» continue!

Yannick PATELLI ,

Raymond Bachand, négociateur en chef pour  le gouvernement du Québec dans les négociations de l’ALENA, après sa conférence au rendez-vous avicole de l’AQINAC le 15 novembre dernier à Lévis était ce matin Porc-Show à Québec. Tel une rock star, Raymond Bachand habite la tribune pour rassurer toutes les filières du monde agricole que notre économie n’est pas en danger même s’il ne nie pas qu’un temps d’incertitude peut survenir.

Il a répondu lors de la période de questions que « Même sans l’ALENA, selon les accords de l’OMC, le porc peut circuler sans tarifs douaniers»  mais, a-t-il dit, « On peut aussi se retrouver avec l’application de l’ancien traité de l’ALENA s’il n’est pas renouvelé. Mais si Trump tire la corde, on sera devant deux ans d’incertitudes».

Lorsqu’un producteur dans la salle lui demande s’il peut y avoir un 7e round de négociations sans qu’une nouvelle entente soit trouvée il lui répond alors : « Oui, il peut y en avoir 40. Quand avec Jean Charest j’ai lancé le projet du CETA ( Accord Canada/Europe), on pensait régler cela en deux ans, ça en a pris sept ou huit !»

Questionné finalement sur l’éventualité d’un scénario qui se dessinerait dans lequel le Canada serait prêt à céder sur certains pans souhaités par la Maison-Blanche, Raymond Bachand est ferme : « On ne déstructurera pas notre économie parce que le président de la Maison-Blanche a été formé il y a 40 ans dans un concept économique bilatéral où le gros dicte ce qu’il doit faire au plus petit. Je rappelais récemment à Patrice Roy à Radio-Canada qui me disait : vous êtes pris avec un locataire dont il faut tenir compte à la Maison-Blanche qu’il y a aussi un colocataire qui s’appelle le Congrès.