RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

«Le débat n’est pas Pangea ou pas Pangea» dit Legault!

Yannick PATELLI ,

François Legault

François Legault, chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ) une fois à la tribune du 93e congrès de l’UPA a déclaré : «Avec le prix des terres, pour la relève, il faut offrir des programmes de financement suffisants. Le vrai débat n’est pas Pangea ou pas Pangea. C’est pas sain que le Québec reçoive 11 millions de dollars par année en péréquation. On est capable de créer de la richesse et une partie doit provenir de votre talent. Ce sont les entrepreneurs qui changent le monde, on est mûrs pour ramener au Québec dans 9 mois de l’espoir et de l’ambition».

Face à une salle contre le modèle Pangea!

Relancé par la salle sur sa position face au modèle Pangea il a déclaré : « Chose importante, Pangea n’achètera plus de terres au Québec. Ils achètent des terres  ailleurs dans le monde avec la Caisse de dépôt maintenant», créant la surprise parmi les délégués présents et l’ensemble des acteurs politiques.

Il a aussi souligné que les gens qui sortent de l’agriculture ne peuvent pas être déçus de voir la valeur de leurs terres augmenter : « Le vrai problème n’est pas le prix, mais le financement. Ça prend des garanties de prêts pour aider la relève. Il faut voir grand».

L'attachée de presse de la CAQ, Émilie Toussaint, a rejoint La Vie agricole ce matin pour apporter une précision sur l'information fournie hier par M.Legault lors du congrès de L'UPA au sujet de Pangea: «Ce que M. Legault a compris des plans de  Pangea, c’est que leurs projets futurs seront majoritairement à l’extérieur du Québec pour diversifier leur portefeuille d’investissements (ex. Ontario).» 

Sur le Syndicalisme : la CAQ se positionne clairement pour l’accréditation unique!

« Pas question de toucher à ça. Oui on va garder l’accréditation unique de l’UPA» a lancé François Legault à la tribune, ce qu’il a réaffirmé ensuite en entrevue privée avec LVATV.ca allant même jusqu’à dire que les membres de l’Union paysanne et du Conseil des entrepreneurs agricoles (CEA) devraient réintégrer l’UPA, une organisation «démocratique».

Sylvie D’Amours à quelques pas de lui était pas mal moins flamboyante que lorsqu’elle flirtait avec l’Union paysanne et le CEA et qu’elle leur chantonnait dans l’oreille la possible arrivée d’un temps nouveau!

Sur la politique alimentaire

« Je suis un nationaliste économique. Ce n’est pas normal qu’une polyvalente achète des produits de Californie. Un gouvernement du Québec enverra un message clair: le Québec d’abord. Après 9 rapports, je peux vous dire qu’après 3, moi, le ministre il se ferait dire c’est quoi ton plan.» a précisé M.Legault.

Sur la gestion de l’offre

« La gestion de l’offre ça fonctionne au Québec, il faut que le premier ministre dise clairement au gouvernement fédéral qu’il n’est pas question de s’en dissocier».