RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Des problématiques agricoles expliquées aux ministres par des producteurs

LVA ,

Alors que vendredi dernier le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada accordaient une aide pouvant atteindre 13 millions de dollars pour compenser les dépenses supplémentaires exceptionnelles effectuées par les entreprises touchées à la suite des dommages causés aux cultures par les épisodes de grêle survenus en 2017, certains producteurs présents dans la salle en ont profité pour interpeller les ministres présents, MM. Billette et Poissant.

M. Vanwinden, producteur d’ail, a expliqué la complexité des rapports à produire à La Financière pour les réclamations concernant les pertes subies lors de la tempête de grêle et l’inondation du mois d’août. Il a expliqué aux autorités présentes que selon lui c’était moins compliqué avant avec Agri-Stabilité et La Financière agricole est complètement congestionnée par une lenteur. Il a dit s’inquiéter à savoir quand ils recevront leurs indemnités. (Groleau n’a eu aucune réplique sur le sujet de la Financière).

Par la suite M. Vanwinden et d’autres producteurs ont expliqué à Stéphane Billette et Jean-Claude Poissant que la cause majeure des inondations est due au manque d’entretien de la rivière l’Acadie et cela depuis plusieurs années. Ils ont expliqué que le problème majeur vient du fait qu’elle doit subir un nettoyage et une déviation pour éviter la répétition des inondations. Le gouvernement actuel a cédé l’entretien aux MRC et M. Vanwinden appuyé par les autres producteurs présents ont avisé les deux ministres que le directeur de la MRC se dit «les mains attachées, sans d’argent» pour régler cette problématique.

Marcel Groleau également présent s’il n’a rien dit sur la lenteur de la Financière agricole a ajouté concernant l’entretien des rivières et du territoire agricole du Québec «qu’auparavant c’était le MAPAQ qui s’occupait de la gestion des rivières, des terres, des érosions et autres et que c’était mieux». Il a suggéré que la gestion de ces dossiers  revienne au MAPAQ.