RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Avis public

Prioriser l’autosuffisance de la ferme pour le futur

Nathalie GENTESSE, M.Sc., agr. ,

Pour certains producteurs laitiers, s’organiser pour affronter le futur, ça demande de construire une nouvelle étable ou d’installer des robots de traite. Pour d’autres, c’est d’améliorer le confort des vaches ou de drainer des terres pour augmenter leur productivité. Et pour certains, c’est d’investir leurs efforts et leur temps de façon à rendre leur ferme plus autosuffisante. C’est de réfléchir pour en faire une unité de production, du sol jusqu’aux animaux, plus durable et plus rentable immédiatement et pour les générations futures. Leur vision, c’est d’être maître chez eux. C’est de garder leurs ressources productives et en santé. C’est de pouvoir payer les investissements qui développeront leur entreprise.

Ces producteurs démontrent une curiosité, un sens de l’observation et une débrouillardise admirables. Ils ont la confiance tranquille du chercheur qui sait qu’il trouvera. Ils agissent alors en spécialistes du « pourquoi ». Pourquoi cette espèce de plante fourragère pousse ici et pas là? Pourquoi la moitié de la prairie meure-t-elle à l’hiver? Pourquoi y a-t-il autant de mauvaises herbes dans ce champ? Pourquoi le mélange fourrager récolté est-il différent de ce qui a été semé? Pourquoi l’ensilage ne s’est pas bien conservé? Pourquoi les vaches font plus de lait avec le fourrage de ce champ ou de cette coupe? Pourquoi les vaches digèrent-elles mieux cet ensilage?

Le respect de la terre, des plantes, de leurs animaux, des forces et bouleversements de la nature sont des valeurs profondément ancrés dans la profession agricole. Ce respect n’est toutefois pas synonyme d’inaction, au contraire! Ils explorent des méthodes, de nouvelles technologies qui vont permettre aux plus visionnaires de survivre à travers les années mouvementées sur le plan politique, économique et environnemental. Tout en gardant le cap sur l’autosuffisance, sur leur sécurité.

C’est alors au tour des « comment ». Comment être moins dépendant du prix des aliments achetés pour nourrir le troupeau, des engrais, de l’énergie, de la machinerie, etc…? Comment accroître le rendement des cultures? Comment profiter du potentiel inexploité de la vie des sols pour cultiver des plantes plus vigoureuses, plus nutritives pour les animaux? Comment obtenir un ensilage qui conservera parfaitement la qualité du fourrage récolté? Comment réaliser une ration constante et optimale toute l’année pour mes vaches? Comment maximiser le potentiel digestif de leur rumen?

Chacun possède sa vision bien personnelle d’envisager l’avenir selon les expériences et le contexte de son entreprise. Ce qui fait l’unanimité, c’est de vouloir être maître chez soi. Comment y arriverez-vous?