RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Le Canada espère mais les États-Unis maintiennent le cap du protectionnisme.

LVA ,

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, ont déclaré leur déception aujourd’hui concernant la décision préliminaire du département du Commerce américain sur l’enquête en matière de droits compensateurs à propos des importations de papier de pâte mécanique non couché en provenance du Canada. Plusieurs analystes commencent à voir une avenue négatives aux négociations actuelles sur l’ALENA mais le gouvernement du Canada entretient le positivisme. 

« Nous sommes profondément déçus de l’imposition de droits compensateurs préliminaires injustifiés, annoncée aujourd’hui par le département du Commerce américain. Tout droit compensateur aura un effet négatif direct sur les journaux américains, notamment ceux des petites municipalités, et entraînera des pertes d’emplois dans le secteur de l’imprimerie aux États-Unis.» ont déclaré Freeland et Carr.

Ils ont ajouté : « Le gouvernement est déterminé à aider l’industrie forestière canadienne à améliorer les relations commerciales existantes et à diversifier les échanges commerciaux avec de nouveaux marchés étrangers. L’industrie forestière canadienne assure de bons emplois pour la classe moyenne et offre des possibilités économiques aux collectivités rurales et autochtones dans toutes les régions du pays. Nous continuerons de travailler de concert avec l’industrie forestière, les provinces, les territoires et les collectivités partout au Canada pour défendre ce secteur crucial contre l’adoption de mesures et de pratiques commerciales injustes et non fondées par les États-Unis. »

Les négociations sur l’ALENA recommencent tout début 2018 dès la semaine prochaine à Montréal. Pour certains analystes comme les panelistes du club des ex sur RDI il se pourrait que la rencontre prévue la semaine prochaine à Montréal soit celle qui mette fin à l’ALENA tel qu’on le connait tant les américains semblent vouloir œuvrer dans un protectionnisme inégalé jusqu’ alors.