RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Champagne, Anglade, Bachand derrière la gestion de l’offre, mais prêts à tout !

Yannick PATELLI ,

Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec et François-Philippe Champagne, ministre du Commerce international du Canada

Le ministre du Commerce international du Canada François-Philippe Champagne était ce matin à Montréal où il a fait une fois de plus la promotion des avantages de la modernisation de l’ALENA en compagnie de Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec et de Raymond Bachand, négociateur en chef pour le Québec dans les négociations de l’ALENA. En point de presse juste avant le début de la 6ème ronde de négociations ils se sont montrés une fois de plus confiants répétants que le peuple américain sait maintenant l’importance de L’ALENA.

La défense de la gestion de l’offre, une priorité

M.Champagne a rappelé que le Canada sera ferme pour défendre la gestion de l’offre, mais que le pays est prêt à toute éventualité. Toutefois pour le ministre fédéral. « La capacité concurrentielle de l’Amérique du Nord à l’échelle mondiale a une influence directe sur la croissance de la classe moyenne et sur l’activité économique. Il est crucial de faciliter les échanges et le commerce avec des marchés importants comme les États-Unis et le Mexique. Par conséquent, la modernisation et la mise à jour de l’ALENA demeurent une priorité essentielle du gouvernement du Canada.», a-t-il précisé. « Je l’ai dit en français et en anglais. On défendra la gestion de l’offre.»

Dominique Anglade a rappelé que le Québec est sur le terrain depuis plusieurs mois et que la province est très proactive, mais qu’il n’y aura pas d’entente à n’importe quel prix !

Mme Anglade a ajouté : «Le Québec tient bec et ongles à la gestion de l’offre et cela n’a pas changé»

M.Bachand a précisé que les gouverneurs, les sénateurs mobilisent la population actuellement estimant que c’est ce qui fera la différence.

Les échanges bilatéraux de marchandises entre le Canada et les États-Unis ont été évalués à près de 81 milliards de dollars en 2016. La mise en place de nouveaux accords avec L’Europe et L’Asie permettrait de pallier en partie à une crise avec les États-Unis, mais la semaine de négociations à Montréal reste primordiale et il semble que le Canada et le Québec mettront tous les efforts possibles pour conserver les acquis.