RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Un autre coup dur pour Daniel Gaudreau, producteur acéricole !

Yannick PATELLI ,

Le producteur de sirop d’érable Daniel Gaudreau qui déclarait en 2015 à La Vie agricole «L’agriculteur n’est plus propriétaire de son produit» vit encore des démêlés avec l’UPA et la Fédération des producteurs acéricoles du Québec.

Daniel Gaudreau déclarait dans cette entrevue que la juge Marie Saint-Pierre  avait émis un jugement où elle  déclarait que le produit agricole s’assimilait à un droit de propriété de la part de la Fédération. Il en déduisait donc que le produit agricole n’était plus la propriété des producteurs.

Daniel Gaudreau et Nathalie Bombardier, sa conjointe,  producteurs acéricoles de l’Estrie qui se sont encore faits saisir leur sirop d’érable la semaine passée veulent se battre pour obtenir le droit de vendre autant qu’ils veulent à l’épicerie ou au dépanneur. Ils réclament la liberté commerciale pour leur produit. Ils refusent depuis des années la mise en marché collective de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec et prônent la liberté syndicale.

Ils avaient été condamnés l’an dernier à payer 321 000 $ pour avoir vendu du sirop sans contingent entre 2010 et 2014.

Pourtant dans ce cas-ci il avait été convenu que le couple garderait en sa possession le sirop mis en cause le temps que la cause soit entendue devant la Régie mais selon ce qu’a témoigné Simon Trépanier, directeur général de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, au Journal de Québec.

«Le huissier a remarqué que le nombre de barils a augmenté, comme si certains d’entre eux auraient été cachés lors de la première saisie l’an dernier. On doute maintenant de la fiabilité des producteurs, la confiance est brisée ».