RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les grandes ambitions de la Ferme Roulante devant le BAPE

Yves Charlebois ,

À Tingwick dans les Bois-Francs, il y aura peut-être la plus grande ferme laitière au Canada sur le même site d'ici 2030. On ne vise rien de moins que faire la traite de 1400 vaches en plus de loger 100 veaux. Le projet sera présenté au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) le 13 février prochain.

Le président de la ferme Yves Roux s'adresse présentement au Bureau d'audiences publiques en environnement pour convaincre l'organisme de la viabilité environnementale de son projet. Dans sa requête au BAPE, on mentionne : « Selon l’étude d’impact, la manutention des déjections animales directement au site d’élevage principal est un choix qui avantage le promoteur sur les plans économique (coût moindre), agronomique (valorisation) et environnemental (moins de contamination atmosphérique en azote, moins d’énergie et pas nécessairement plus d’odeurs). »

On souhaite accroître le cheptel de façon progressive d'ici 2030 en fonction de la disponibilité d'achat de quotas de lait. La ferme est dotée depuis plusieurs années d'un carrousel de traite qui est en mesure de recevoir dans sa forme actuelle les 1400 vaches projetées. Actuellement, on fait la traite de 599 bêtes.Il restera à construire de nouvelles étables et des structures d'entreposage des déjections ainsi que de faire l’achat de terres, un projet de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Au Canada, on dénombre 10 951 fermes laitières qui ont une moyenne de 86 vaches en lactation. Dans le Centre-du-Québec, on compte deux autres fermes de grandes dimensions qui ont près d'un millier de vaches en lactation, soit la ferme Landrynoise à Saint-Albert et la ferme Drapeau à Sainte-Françoise.

Un ex-président de l’UPA pas chaud au projet

Ce genre de projet est vu avec une certaine crainte. Pierre Gaudet, ancien président de l'UPA de 1979 à 1981, mentionne : « Il y a de la place pour les gens qui rêvent. Ce n'est pas un modèle que j'accepte, parce que ça désorganise le territoire. Par contre, il n'y a pas que du négatif ».

Une audience publique du BAPE aura lieu le 13 février prochain à l'hôtel de ville de Tingwick à compter de 13 h 30.

 

Pierre Gaudet