RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Avis public

Lettre au ministre Lessard pour rendre leur liberté aux acériculteurs



J’aimerais comprendre pourquoi en tant que ministre vous acceptez que les producteurs québécois, qui désirent vendre leur sirop d’érable en libre commerce, soient poursuivis à outrance, alors qu’ils font vivre une économie locale? 

Pourquoi acceptez-vous qu’un syndicat, qui devrait servir à protéger les producteurs d’ici et les aider à développer le marché du Québec, se fasse justice avant même qu’il y ait des jugements de la cour parce qu’ils osent dénoncer et vouloir faire changer vos lois désuètes; en allant les intimider avec le soutien des forces policières totalement inutiles dans ces dossiers (comme la famille Bombardier-Gaudreau), en saisissant le fruit de leur dur labeur qui est leur gagne-pain et en les empêchant de vendre leur produit dans nos épiceries en vente libre. On ne parle pas ici de gens qui désirent vendre au noir, mais de ceux qui payent leur impôt et qui ont la fierté de leur produit et qui veulent que notre sirop se retrouve dans toutes les familles québécoises et sur toutes les tables de nos restaurants. Pourquoi acceptez-vous que l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et les États-Unis, pour ne nommer que ceux-ci, viennent ici au Québec, vendre leur sirop d’érable, plus facilement que nos producteurs locaux, sans aucun contingent ni cotisation à la Fédération, ils payent donc 0$ alors qu’un acériculteur du Québec doit payer 1,20$ de pénalité et 0,14$ de cotisation, donc nos producteurs d’ici payent au final 2,26$ la canne. Est-ce cela le libre commerce et la libre compétition! La Fédération et l’UPA chargent des « droits compensatoires » alors que c’est les autres provinces et pays qui devraient payer pour vendre ici. La Fédération et l’UPA, qui sont des syndicats privés rappelons-le, ont des pouvoirs presque absolus de mettre en amende, de mettre des hypothèques immobilières, à ceux qui osent dénoncer cette injustice et qui demande à faire changer ces lois devenues contraignantes pour les Québécois. Des acériculteurs âgés de 80 ans (comme la famille Lebels) qui ont hérité de leur terre transmise de génération en génération produisent avec fierté des produits du terroir québécois depuis plus de 50 printemps. Ils devraient profiter d’une retraite bien méritée. Ils risquent de tout perdre, et ce même leur santé, parce qu’ils osent dire que ces lois doivent être revues et corrigées, pour pouvoir transmettre leur savoir-faire et léguer en héritage à leurs générations futures notre bon sirop. Comment se fait-il qu’un syndicat privé puisse les départir de leur bien? Qu’attendez-vous pour mettre vos culottes devant l’UPA ainsi que la Fédération et de mettre à exécution les conseils du Rapport Gagné que nous peuple québécois avons payé! L’UPA et la Fédération sont devenues des cartels légalisés. Vous avez le devoir en tant que ministre de l’Agriculture de faire changer ces lois qui ne servent plus le peuple québécois et la responsabilité morale de cesser ces poursuites ridicules et non fondées. J’exige l’arrêt des procédures contre les acériculteurs. Faites votre job ! Nous le peuple québécois et consommateur de sirop d’érable, nous vous payons pour cela! J’attends des nouvelles de votre part!

KarineBernard,
consommatrice de sirop d’érable et contribuable.

Mme Bernard est aussi administratice du forum sur Facebook  «J’exige l’arrêt des procédures contres les producteurs acéricoles»