RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Les Québécois appelés à défendre la GO face à des Ontariens moins enthousiastes !

Denise PROULX ,

À quelques semaines de son congrès national, les membres du Parti Libéral du Canada (PLC) et les producteurs agricoles du Québec sont invités à faire front commun contre ceux et celles qui militent pour que le PLC laisse tomber son soutien à la gestion de l’offre (GO). 

« Si les producteurs agricoles ont été capables de se mobiliser pour faire échouer Maxime Bernier durant la course à la chefferie du Parti Conservateur du Canada, pourquoi ne feraient-ils pas aussi entendre leur voix pour imposer au Parti Libéral la protection de la gestion de l’offre », a indiqué Karl Trudel, le président de la Commission politique de l’aile québécoise du Parti Libéral du Canada et ex-candidat libéral dans le comté Mirabel en 2015.

Avec détermination Karl Trudel a réussi à faire adopter dans la liste des 39 propositions nationales, trois résolutions en provenance du Québec, dont celle recommandant  la création d’un groupe de travail pour mettre au point des solutions visant à protéger le système de gestion de l’offre et la modernisation de la Commission canadienne du lait.

Les deux autres résolutions concernent l’établissement d’un modèle de revenu garanti et la mise en place de mesures de protection des ressources en eau douce, en termes d’exportation et de commercialisation.

Des opposants à la gestion de l’offre en Ontario et en Colombie-Britannique

Si la dernière résolution fait passablement l’unanimité à travers le pays, celle portant sur la gestion de l’offre rencontre une vive opposition de la part de militants du PLC en provenance de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. À ce jour, sur la page des résolutions, les commentaires des ontariens et des britanno-colombiens sont plutôt négatifs, considérant que le système est non-transparent, en plus d’affaiblir la position du Canada sur le libre-échange et des consommateurs canadiens grâce à des marchés ouverts.

Or lors du congrès national d’avril prochain, qui se tiendra à Halifax, seules 30 des 39 résolutions seront débattues pour nourrir la plateforme électorale du PLC.

« Il faut que les producteurs québécois fassent connaître leurs appuis, qu’ils aillent commenter positivement  la gestion de l’offre. C’est une opportunité qu’ils ont de faire passer la résolution parmi les 30 choisies. Ils peuvent aussi devenir membre du Parti Libéral et pousser sur la résolution, lors du vote qui se tiendra du 4 au 18 mars », ajoute Karl Trudel. La carte de membre du PLC est gratuite.

Le lien pour inscrire des commentaires, jusqu’au 14 février, est www.halifax2018.com/fr. Il faut entrer dans la section Discussion en ligne sur les résolutions de politiques libérales de 2018.

« Je crois à la gestion de l’offre et je m’implique à l’intérieur du parti Libéral pour que les choses changent. Actuellement, il y a trop de protection pour les transformateurs et pas suffisamment pour les producteurs. Si la résolution se retrouve à Halifax, ce sera gênant pour les délégués de ne pas l’appuyer » conclut-il.