RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

Les producteurs de grains veulent plus de recherche

Yves Charlebois ,

Plus de 260 producteurs de grains se sont réunis mercredi dans un hôtel de Drummondville pour l’assemblée générale du syndicat Producteurs de grains du Québec. Le président Christian Overbeek a fait part de ses attentes en vue du prochain budget du gouvernement du Québec.

« Le ministre Leitão se promène avec des gros goussets et j'ai hâte de voir si c'est pour donner un élan ou un frein », a déclaré M. Overbeek devant un parterre rempli. Il désire du financement pour qu’il y ait plus de recherche dans le domaine des grandes cultures et même pour créer des chaires de recherche dans les universités. Il cite en exemple le manque de connaissance pour l'utilisation de l'azote où les recommandations vont de 25 kg à 275 kg à l'hectare. « Personne fait exprès pour mal travailler ».

Également, il souhaite un soutien financier à titre de sécurité, lors des chutes sur le prix des grains. Il aimerait aussi un appui de la Financière agricole pour réaliser des investissements dans des équipements de haute technologie.

Le cas CÉROM

M. Overbeek a été pris dans la tourmente dernièrement à propos de ses prises de position dénonçant la nouvelle réglementation sur l'utilisation des pesticides.

Il est également président du Centre de recherche sur les grains, le CÉROM de Saint-Mathieu-de-Beloeil. « Notre conseil d'administration n'a jamais émis de directives de recherche sur l'utilisation de tel ou tel pesticide. Ce qui a été véhiculé ne relève pas de la vérité ».

Pour lui, depuis sa création en 1997, le CÉROM ne faisait pas l'affaire de certains et c’est encore comme ça. « Je suis confiant que le centre de recherche va passer à travers cette tempête ».

Son plus grand défi est la communication au public. Il a en aversion les articles des journaux qui parlent des pratiques culturales d'il y a 20 ans, comme si c’était toujours la réalité en 2018. Il donne en exemple le cas des semences traitées. On dit qu’il y a 99 % des semences qui sont traitées alors qu'aujourd'hui c'est plutôt 50 % des semences de maïs qui le sont et 25 % pour le soya.

Il souhaite que les jeunes et les femmes s'impliquent davantage dans son organisation.

Les 9229 membres des Producteurs de grains ont versé en 2017 des prélèvements au plan conjoint de 6 153 039 $ et le syndicat a contribué à la hauteur de 1,8 million de dollars à l'Union des producteurs agricoles.

La valeur de la production est de 1,3 milliard de dollars avec la commercialisation de 7,7 millions de tonnes de grains, dont 1,9 million exporté aux États-Unis, en Chine, en Europe et au Japon.