RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Si le PQ est élu, les terres des Sœurs de la Charité resteront agricoles

Yannick PATELLI ,

À l’heure où la valeur des terres agricoles refait les manchettes, André Villeneuve, critique agricole au parti québécois, donnait ce matin une conférence de presse à l’Assemblée nationale entouré de Mme Bonin de Voix citoyenne, de Mme Bélanger présidente de l’UPA de Québec et de M. Hébert de la FRAQ (Fédération de la relève agricole du Québec) pour signifier que si son parti prend le pouvoir cet automne, jamais de condos ou de résidences ne prendront naissance à Québec sur les terres agricoles des Sœurs de la Charité.

« Il s’agit de 200 hectares de très bonnes terres agricoles encore en culture achetées 39 millions de dollars, c’est-à-dire, 11 fois le prix à l’hectare» de dire André Villeneuve.

La présence de 6500 habitations et 20 000 résidents de plus aura des impacts négatifs selon M.Villeneuve : «La perte de terres de grande qualité pour l’agriculture, la perte de possibles circuits-courts, l’augmentation des taxes pour les résidents autour».

Le PQ s’il est élu mettra de l’avant l’article 96  de la loi sur la protection du territoire et des activités agricoles pour bloquer le projet si cher au promoteur et au maire de Québec de dire André Villeneuve. On sait pourtant que le promoteur, la société Dallaire et le maire de Québec, M.Labeaume, ont prétendu que par le biais de la fondation créée en association avec la création de ce nouveau projet résidentiel, que des œuvres de charité seraient entreprises à Québec en compensation.  

Pour Mme Bonin de Voix Citoyenne: « Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire la charité».

L’UPA par la personne de Mme Bélanger se demande si on a vraiment besoin de 20 000 résidences supplémentaires à Québec actuellement. « On parle circuit court et on coupe l’herbe sous le pied de l’agriculture», de dire Mme Bélanger.

«La Caisse de dépôt devient la banque de Charles Sirois»

Pour Christian Hébert représentant la FRAQ : « Ce type d’accaparement est un accaparement qui nous touche tous. On veut une loi contre la financiarisation des terres. Actuellement la Caisse de dépôt du Québec devient la banque de Pangea et de Charles Sirois».

Desmarais souhaitable à Québec ?

Questionné sur le modèle Pangea, André Villeneuve a dit craindre que la philosophie défendue par M.Sirois ne soit plus la même s’il venait à vendre dans quelques années. Quant au modèle Desmarais, présenté lors du point de presse comme une réussite exemplaire sur le plan de l’agriculture urbaine de proximité avec son projet « La ferme des Quatre-Temps», M. Villeneuve a préféré laisser la parole à Mme Bonin de Voix citoyenne qui s’est empressée de dire qu’un modèle «à la Desmarais» serait très souhaitable à Québec.

M.Hébert a quant à lui préciser que MM. Sirois ou Desmarais ne sont pas des solutions si la Financière agricole joue son vrai rôle.