RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

Selon le MAPAQ, Pangea est un modèle intéressant

Yannick PATELLI ,

Serge Fortin et Charles Sirois, directeur et président de Pangea

La société d'activités agricoles Pangea s’est dite satisfaite de l'analyse de son modèle effectuée par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), en collaboration avec la Financière agricole du Québec (FADQ), qui a été rendue publique hier : « Nous sommes particulièrement satisfaits qu'après une analyse exhaustive, le MAPAQ souligne que notre modèle est intéressant. Cela témoigne de l'ouverture du ministère à l'émergence de modèles complémentaires, ce qui nous apparait vital pour assurer le développement et la pérennité de l'agriculture québécoise », a commenté Serge Fortin, cofondateur de Pangea et agriculteur.

Pangea n’est pas responsable de la hausse du prix des terres selon le MAPAQ

Pangea rappelle que l'analyse du MAPAQ démontre par ailleurs que des énoncés véhiculés par certains sur le modèle Pangea ne sont pas fondés. En effet, une des conclusions de l'analyse est qu'il est impossible d'affirmer que la présence de Pangea dans une région a un effet direct sur la hausse de la valeur des terres.

Elle souligne, tout comme le dernier rapport de la Financière agricole du Canada le conclut pour l'ensemble des provinces, que la hausse de la valeur des terres au Québec est principalement due aux faibles taux d'intérêts. « Pangea achète des terres pour les cultiver sur le long terme avec des partenaires agriculteurs dans les régions. Nous n'avons donc aucun intérêt à faire monter le prix des terres agricoles », rappelle Serge Fortin.

Le document présenté par le MAPAQ met également de l'avant les éléments suivants :

  • Le modèle Pangea est équitable pour les partenaires agriculteurs avec lesquels les coentreprises sont créées et leur permet de vivre adéquatement de l'agriculture et de diminuer leur niveau d'endettement, ce qui favorise le démarrage ou le développement de leur entreprise agricole ;
  • Pangea partage le risque avec ses partenaires agriculteurs puisqu'elle investit dans les opérations agricoles et non seulement dans les terres ;
  • Pangea investit dans l'amélioration des terres agricoles et ces investissements peuvent avoir des impacts positifs sur les économies locales ;
  • Pangea favorise la préservation du patrimoine ;
  • Pangea a mis en place des mécanismes de contrôles rigoureux afin de s'assurer que les terres québécoises restent entre les mains des Québécois.

Avec Pangea, les producteurs restent propriétaires de leurs terres

Pangea rappelle que son modèle agricole est basé sur l'entrepreneuriat dans lequel les partenaires agriculteurs demeurent 100 % propriétaires de leurs terres. Pangea et ses partenaires disent conjuguer leurs efforts et mettre en commun leurs équipements et leur savoir-faire afin d'exploiter des entreprises agricoles familiales, pérennes et rentables.

La société rappelle qu’elle a pris une série d'engagements fermes afin de contribuer au développement du secteur agricole québécois :

  • Relève agricole : Au moins 70 % des partenaires agriculteurs de Pangea doivent être des jeunes de la relève de moins de 40 ans.
  • Choix des cultures : Priorisation de la culture de denrées diversifiées et de qualité, voire biologique, pour la consommation humaine.
  • Politique d'achat local : Achat des biens (équipements, intrants, etc.) et services professionnels (notaires, comptables, agronomes, etc.) en région.
  • Revalorisation des terres : Priorisation de l'achat de terres aptes aux grandes cultures qui bénéficieraient de travaux d'amélioration pour les rendre plus productives et investissement minimum de 2 M$ par année pour les niveler et les drainer.
  • Agriculture responsable et respectueuse : Utilisation de technologies d'avant-garde pour mieux respecter l'environnement.

Pangea défend le développement des régions grâce à son modèle.

Depuis sa fondation en 2012, Pangea dit avoir investi 37 M$ avec sa politique d'achat local dans les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent, du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de l'Estrie où huit coentreprises sont établies.

L’avenir selon Pangea
Les terres possédées par Pangea et ses partenaires agriculteurs représentent moins de 0,57 % des terres agricoles cultivées du Québec. À terme, le plan d'expansion de Pangea prévoit la création totale de 20 coentreprises au Québec avec des partenaires agriculteurs, dont au moins 70 % seront issus de la relève et qui, sur une base volontaire, font le choix de vivre de l'agriculture, en habitant le territoire avec leur famille. Pangea se dit une alternative, en complémentarité avec les modèles existants au Québec.

Des projets d'usines de première transformation sont également prévus au cours des prochains mois et permettront la création d'emplois spécialisés, la mise en valeur de denrées régionales en plus d'offrir de nouveaux débouchés aux agriculteurs pour vendre leur récolte.

Crédit-Photo: La Presse