RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel

« Il y a un éléphant à manger» - Sylvie d’Amours

Yannick PATELLI ,

Sylvie D’Amours, critique agricole à la Coalition Avenir Québec (CAQ) en entrevue avec La Vie agricole a déclaré avoir rencontré ces dernières semaines la Fédération des producteurs de bœuf pour comprendre les enjeux de la filière. Son constat : « C’est une industrie qui a été abandonnée!».

Elle note toutefois que pour les producteurs de bovins, «Le retour d’un abattoir n’est pas un enjeu!». Un abattoir au Québec ne serait jamais assez performant selon ce qu’elle a appris de ses consultations. Elle nous a aussi précisé que sur le plan du bien-être animal malgré l’abattage hors Québec, tout serait en règle selon la fédération. Elle nous a alors confié que la CAQ travaillait à sa position sur le sujet.

Le vrai problème, c’est la traçabilité !

Mais Sylvie D’Amours a ajouté : « La problématique ce n’est pas l’abattoir, mais le vrai problème c’est la traçabilité. On peut développer un bœuf nordique. La Fédération des bovins au Québec a longtemps été dissociée du reste du Canada et là ça change. Chose certaine, le milieu doit être interpellé, mais le  consommateur doit être au rendez-vous».

Elle constate comme plusieurs que le sujet du bœuf et de l’abattoir n’était pas soulevé dans la politique bioalimentaire qui vient d’être déposée. « Personne ne veut en parler, mais moi je donnerai un message à la Fédération des producteurs de bovins : Ne rien dire ça te nuit! Je ne veux rien promettre, mais on a les terrains pour faire un bœuf de spécificité nordique».

Purger le passé sur Colbex ?

Quand nous lui demandons si pour arriver à une solution il faudra purger le passé de Levinoff-Colbex, elle nous répond : « La problématique est plus profonde que cela. Il y a un éléphant à manger. Je suis pragmatique. J’ai posé les questions à l’Assemblée nationale et j’ai eu les mêmes réponses que vous».

Fini le travail en silo

« Ça prend un changement de leadership. Sur les taxes foncières par exemple, Pierre Paradis proposait un changement. Depuis Laurent Lessard, rien n’est réglé. Il faut rencontrer l’UPA et l’UMQ en même temps. Il faut les mettre à la même table et négocier. On ne peut pas rien changer si on fonctionne comme le ministre actuel en rencontrant l’UPA tout seul et L’UMQ tout seul. Il ne sert à rien de travailler en silo».

Elle ajoute enfin : « Lors du lancement du livre de Roméo Bouchard, Dominic Lamontagne ( auteur de la Ferme impossible) a fait un commentaire très juste. Il y a beaucoup de travail à faire au sein du MAPAQ. Avec un leadership différent, on peut changer bien des choses», a-t-elle conclu.