RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
Autosuffisance bandeau

L’Institut Jean-Garon annonce un nouveau président

LVA ,

Après s’être installé ces dernières semaines dans ses nouveaux locaux au 180 grande allée ouest en face du Musée des Beaux-Arts à Québec (MNBAQ), l’Institut Jean-Garon a annoncé vendredi dernier que la présidence sera maintenant assumée par Simon Bégin, l’ancien attaché de presse et fidèle ami du défunt ministre Jean Garon.

L’Institut Jean-Garon continuera d’animer le débat dans le monde agricole dans l’esprit de ce qu’aurait souhaité Jean Garon en s’appuyant sur la vision de l’ancien ministre de l’Agriculture qui reste à ce jour la seule référence au Québec. L’Institut annoncera sous peu un élargissement de son conseil d’administration afin de refléter encore plus son indépendance et sa pluralité des points de vue qu’il souhaite voir s’exprimer en agriculture.

Jean Pronovost, à titre de président-fondateur de l’Institut Jean-Garon avec l’équipe de La Vie agricole, au terme de son mandat, quitte ses fonctions et entame un mandat spécial comme conseiller sur le cadre réglementaire qui donnera suite à la refonte de la Loi sur la qualité de l'environnement (LQE) auprès de la ministre de l’Environnement, Isabelle Mélançon.

En quittant la présidence exécutive de l’Institut Jean-Garon, Jean Pronovost a déclaré : « L’agriculture est malheureusement trop souvent confrontée à des prises de positions dogmatiques qui ignorent la multiplicité de ses produits et la diversité des approches et modèles qu’elle doit emprunter pour y répondre. (…) Mis sur pied par des gens de vision (…) L’Institut mérite un président actif».

Simon Bégin, nouveau président de l’Institut Jean-Garon, bien décidé à mener le débat nécessaire dans le monde agricole a déclaré : « Nous avions déjà l’héritage de Jean Garon pour nous inspirer; nous avons aussi, maintenant, celui de Jean Pronovost. Qu’elle soit petite, moyenne ou grosse, la ferme québécoise de demain devra évoluer vers des pratiques plus durables, au risque de s’autodétruire».